Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1918 - tome 47.djvu/135

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’aide de chaînes sur un wagon plat ; le conducteur restait perché sur son siège, comme s’il eût eu encore des postillons à surveiller. Les chevaux et les roues s’en retournaient honteusement à l’écurie et sous la remise.

« D’affreux sifflements, des bruits étranges et épouvantables se font entendre : on part. Quel plaisir de voir un nouveau pays, de traverser les bois et les campagnes vertes, de reconnaître les villes et les hameaux semés sur la route, les uns rappelant des souvenirs historiques, les autres faisant rêver la solitude et la paix ! » Le voyageur s’est muni d’un Guide pour ne rien laisser passer inaperçu : « Les Batignolles, d’abord. Voyons les Batignolles…- : Malheureusement nous passons dessous, cent vingt pieds plus bas que le pavé… Ah ! voici la lumière : l’itinéraire annonce que l’on approche de Maisons, « village assis sur un coteau pittoresque. » Karr se penche, désireux de contempler le coteau pittoresque : il ne voit que la rotonde d’une autre diligence Lafitte et Caillard, attachée à une toise devant celle où il se trouve emprisonné lui-même et qui est tout son horizon. Au moment où on arrête à la station de Maisons, une voix lamentable sort de la rotonde et appelle le conducteur. Le conducteur n’entend pas et la machine se remet en marche. Un peu plus loin, on ne voit pas Poissy, mais à cette gare la voix de la rotonde a été déchirante : un grand homme sec auquel appartient cette voix a passé la tête par la portière, ce qui a un peu varié l’horizon ; le conducteur n’a pas paru et la voiture route maintenant vers Triel. « La situation de Triel et de Verneuil est des plus agréables, affirme le Guide : l’église élégante au sommet du coteau, ornée de beaux vitraux, possède un admirable tableau… » Karr s’agite : il n’aperçoit ni Verneuil, ni Triel, mais seulement la rotonde de la diligence ; à droite, un hangar peint en gris, à gauche un gamin qui graisse les roues. La tête du monsieur sort violemment : « Ouvrez-moi, je veux descendre ! » Un coup de sifflet. Le train glisse sur les rails. — Station de Meulan… En face, la diligence : à droite, un hangar gris ; à gauche, un tas de cailloux. La tête irritée sort : « Conducteur !… » Le sifflet répond seul. — Mantes, « bâtie sur le bord de la Seine, au milieu de sites variés et des plus belles promenades. » Rien que la diligence, toujours. L’homme qui l’habite réussit enfin à ouvrir sa portière, mais, au moment où elle cède à ses efforts, la