Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1918 - tome 44.djvu/548

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


queux à déposer leurs armes et, le lendemain, quand César parut en grand costume, sur un cheval magnifiquement caparaçonné, suivi de ses lances et de ses hommes d’armes en harnais de tournoi, avec plumes aux couleurs diaprées, il ne trouva plus, en face de lui, qu’une foule pacifique, stupéfaite et résignée.

Les autres villes, ou forteresses, devaient également se soumettre. Même San Leo, l’inexpugnable San Leo, par la trahison ou la sottise de son gouverneur, un certain Lattanzio, de Bergame, se rendit. Plus tard, à Venise, ce mal avisé personnage étant allé faire sa cour au souverain dépossédé : « Seigneur, lui dit-il, ne doutez pas que je sois prêt à remplir toutes les conditions nécessaires à la reprise de San Leo. » — « Ma foi, répondit le Duc, vous avez déjà rempli la première, qui était de le perdre. » Mieux inspiré, ce gouverneur eût plaidé le désarroi où il s’était trouvé faute d’avertissement et faute d’ordres. La brusquerie de l’attaque avait déconcerté la résistance. César venait de donner l’exemple que Tavannes mit plus tard en aphorisme : « Les soldats doivent être dans les villes devant qu’ils sachent pourquoi. » L’Italie, en se réveillant, se trouva en présence du fait accompli. Et Machiavel et Soderini, tout ébaubis, écrivirent qu’on avait appris la mort du duc d’Urbino « en même temps que sa maladie. »

Robert de La Sizeranne.
(À suivre.)