Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 42.djvu/477

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du premier choc, bersaglieri et cavaliers, les régimens de Gênes et de Novare en particulier, se sont généreusement sacrifiés, quelques-uns jusqu’au dernier homme. Cependant, toute la ligne, se trouvant ébranlée par la brèche relativement étroite qui y avait été faite, et les derrières ou les flancs menacés, la troisième armée, celle du duc d’Aoste, s’est vue contrainte d’évacuer sans combat les positions du Carso qui lui rappelaient chacune tant de misères et tant de gloires.

Représentons-nous le pays. On en a une ancienne description, brève, vigoureuse et fortement expressive. « La région du Frioul commence à une plaine qui est auprès de la mer, et incontinent croissant petit à petit en coteaux, est à la fin enlevée en montagnes très hautes, qui closent presque tellement les limites de tous côtés, que ce semble un théâtre de voir le plat pays ainsi remparé de ces montagnes, ainsi comme d’un mur; ayant seulement une étroite ouverture d’un côté, par où on entre, comme par une porte, sur le passage de la rivière l’Isonzo, quand on vient de Trévise. Les Alpes serrent aussi les autres limites partout, tellement qu’il n’y a point d’accès sinon par les ports de mer, ou par les plaines des montagnes, ou par le sommet d’icelles. Elle a beaucoup de havres à son entrée. En ce noble pays, y a des champs larges et arrousez de l’eau qui en sourd, lesquels sont très fertiles. »

Montagnes, plaines, fleuves, lagunes. Quatre lignes d’eaux, à l’Ouest de l’Isonzo. D’abord, le Tagliamento. « Mais, dit le général Mezzacapo, parce qu’il est guéable depuis le débouché des ponts jusqu’auprès de Latisana, il offre une faible ligne de défense. » Sa profondeur varie de 9m, 50 à 1m, 40, et, dans les maigres, de 9m, 50 à 0m, 93. En fait, le 16 mars 1797, l’archiduc Charles, voulant gagner du temps pour interdire à Napoléon l’accès de la Fella et pour couvrir Trieste, tenta de se défendre sur le Tagliamento. Mais Murat et Duphot descendirent dans le fleuve et le traversèrent avec deux divisions ; simultanément, Masséna le franchissait à San Daniello et occupait le passage de Pontebba. C’est la même opération, en sens inverse, que vient d’exécuter la 14e armée allemande. Après s’être assuré, dans la vallée moyenne, du camp retranché de Gemona, elle a passé le Tagliamento à Pinzano, juste à l’endroit où, tous ses filets réunis, qui, ordinairement se perdent dans les sables, commencent à lui donner par places, en cette saison, une largeur de deux ou trois kilomètres. Le Tagliamento n’est donc plus un obstacle : il est tourné.

La Livenza présenterait quelques qualités défensives, si les travaux préalables eussent été faits, en arrière, à Sacile, et, sur le fleuve