Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 41.djvu/927

Cette page a été validée par deux contributeurs.


formes d’une femme alanguie sur quelque rouge draperie. La lumière attiédie donnait à son corps la transparence nacrée des chairs vivantes, un trait de feu précisait ses contours graciles, et les derniers flamboiemens du soleil la casquaient de vapeurs dorées. Son visage diffus pourtant me parut une énigme que j’aurais aimé déchiffrer ; déjà mes ailes l’effleuraient d’une caresse lorsque tout s’évanouit : de la vivante créature il ne restait qu’un nuage humide et glauque, semblable aux autres, dont je ressortis frissonnant, mes voiles poudrées à frimas !

Cette femme n’était-elle pas l’image de l’idéal fantôme d’illusions et d’espoirs plus fugitifs que la brume, que nous, les matelots de l’azur, poursuivons plus haut encore, jusqu’aux étoiles !


MON OISEAU

Sur l’herbe, à l’entrée du hangar, mon oiseau repose. Sa tête énorme, ses ailes démesurées, sa courte queue, lui donnent la silhouette d’un martinet, ce roi du vol, si malhabile à terre. Les premières lueurs du jour effleurent d’une caresse rose sa blanche voilure, étincellent au travers du moteur, miroitent sur l’hélice, irisent haubans et câbles d’acier comme des fils de la Vierge humides de rosée. Seules les cocardes tricolores rompent de leurs notes vives l’uniforme peinture argent.

Quelques secondes encore, et nous allons nous enfoncer tous deux vers l’azur. Alentour, mon « mécano » s’empresse à une dernière revue : « La santé est bonne, ajoute-t-il gaiement comme s’il parlait d’un être animé, le « moulin [1] » « gaze » à merveille, tout est paré ! » Avant d’enjamber la carlingue je flatte d’une caresse amie les flancs du monstre assoupi où la vie va s’éveiller…

Si le rêve d’Icare s’était réalisé, si l’attache directe des ailes au corps humain eût été possible, jusqu’où nous eût élevés notre vol, semblable à celui des anges ? Mais, hélas ! un mécanisme intermédiaire qui supporte et anime les ailes est nécessaire. Seule, désormais, l’habileté du pilote, suppléant aux imperfections de toute machine, lui donnera l’illusion d’être un véritable oiseau.

Aussi, par la force de l’habitude, nous sommes arrivés, mon

  1. « Le moteur (rotatif) marche à merveille. »