Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 41.djvu/902

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des paysans. Passage au fond du théâtre, des chaloupes qui remontent le Tage et se rendent a. Lisbonne au bal du gouverneur.

Acte III. — Tel qu’il est. Et même, dans cette nouvelle ma-mère, l’horreur que Henri éprouvera pour son père est encore mieux motivée, car Vasconcellos est Portugais, au fond, un traître, un renégat, bourreau de ses propres compatriotes, et qu’il y a toujours honte à être le fils du bourreau.

Rien à changer : le bal, la conspiration. Vasconcellos envoie en prison les conjurés et fait grâce à son fils.

Acte IV. — Exactement tel qu’il est. Vasconcellos fait grâce aux conjurés. Il fait plus : il veut réconcilier l’Espagne et le Portugal en mariant son fils Henri à une des premières familles du royaume.

Acte V. — Le 1er décembre 1640.

Tout s’apprête pour le mariage d’Henri et d’Hélène. Pinto fait part à Hélène de ses projets. C’est au moment de la célébration du mariage que la conspiration éclatera. Vasconcellos sera à l’autel près, de son fils. Le père et le fils seront massacrés ainsi que tous les Espagnols ; et le peuple se répandant dans les rues aux cris de : Vive le duc de Bragance ! proclamera la fin de la tyrannie.

Hélène veut et n’ose prévenir son mari et alors renonce au mariage. Dénouement tel qu’il est, aux cris de Vive le duc de Bragance ! Le seul changement que j’y ferais, c’est qu’Hélène embrasse son mari, le couvre de son corps, et, au lieu du massacre général, je mettrais l’arrivée du duc de Bragance, qui parait en ce moment seulement. Ordre d’épargner les Espagnols vaincus, leur pardonner et ratifier le mariage d’Henri avec Hélène sa sœur.

J’ôterais aussi l’épisode des cloches et l’heure des vêpres, qui sont inutiles ; et grâce à cette suppression, rien ne rappellera plus les Vêpres siciliennes.


Ainsi accommodé pour la troisième fois, cet opéra interchangeable fut applaudi à Milan sous le nom de Giovana di Guzman, et ensuite par toute l’Italie, car rien n’y pouvait plus blesser les auditeurs les plus chatouilleux, tant la manœuvre avait été adroite. On notera, dans la dernière remarque de Scribe, qu’il s’emploie surtout à effacer les détails caractéristiques, les menus incidens qui