Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 41.djvu/805

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pas l’éclat, mais elle ne dédaigne pas non plus la simplicité, une élégante et noble simplicité ; elle passe avec aisance de l’une à l’autre ; elle sait être spirituelle enfin ; l’esprit de repartie, et l’esprit tout court lui sont chose naturelle et familière. Albert de Mun ne désarmait pas ses adversaires, puisqu’ils votaient régulièrement contre lui, mais il les forçait souvent à sourire, à l’applaudir quelquefois, et à convenir entre eux que son talent oratoire était l’une des parures de la Chambre française.

Que cette souple et forte éloquence n’ait pas eu toute l’efficacité pratique qu’elle pouvait, qu’elle devait même ambitionner, c’est ce qui n’est que trop certain, et d’ailleurs aisément explicable. D’abord, c’est un fait regrettable, mais un fait, que les jeunes démocraties, telles que la nôtre, sont toujours en défiance à l’égard des « aristocraties, » quelles qu’elles soient, mais plus particulièrement peut-être à l’égard des aristocraties de le naissance et du talent. D’autre part, le régime intérieur que, sous l’obsession de la défaite, la France s’était donné, ouvrait trop librement carrière à la satisfaction d’anciennes rancunes, d’intérêts locaux, d’ambitions individuelles, pour que l’équité et.la sérénité fussent la règle générale des relations parlementaires : les querelles de parti, les préoccupations électorales ont souvent oblitéré, chez nos représentans, le sens exact de la justice et de l’indépendance d’esprit ; représentans aigris et ombrageux d’un peuple diminué, ils avaient une mentalité de vaincus ; ils vivaient sur leurs préjugés et n’éprouvaient nul besoin de les modifier.

Ces préjugés, il faut reconnaître qu’Albert de Mun, bien loin de leur consentir quelques sacrifices, les heurtait avec un beau courage. Il ne perdait aucune occasion de crier : « La Révolution, voilà l’ennemi ! » et la formule devait sonner étrangement à l’oreille de ceux qui ne cessaient de se recommander de la tradition révolutionnaire. Etait-elle bien prudente, et surtout était-elle équitable ? Singulièrement mêlée de bien et de mal, et, en cela, assez semblable à la Réforme, la Révolution française n’est pas un de ces événemens que l’on puisse juger « en bloc. » La solidarité de fait qui relie les uns aux autres les épisodes successifs du drame révolutionnaire ne s’impose en aucune manière aux hommes d’aujourd’hui qui veulent l’apprécier en historiens ou en philosophes, ou qui