Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 41.djvu/580

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lui, parce que si l’Entente est victorieuse, il faudra bien trouver grâce devant elle… Venizelos sauvera la patrie compromise par le roi. Il lui conservera ses conquêtes, et qui sait, en cas d’intervention tardive, ce qu’il pourrait lui assurer ?…

— Cela revient à dire que la Grèce a des intérêts dans les deux camps et joue sur les deux tableaux ?

— Exactement.

— Ce n’est pas très élégant, mais c’est très habile… Il faudra choisir, cependant !

— Fiez-vous à Venizelos ! Il ne connaît et ne connaîtra jamais que l’intérêt de la Grèce…


* * *

Les jours suivans apportèrent de mauvaises nouvelles : les Bulgares occupaient Demir-Hissar ; ils descendaient vers Serrès. Des convois de réfugiés reprenaient, à travers la Macédoine orientale, leur exode lamentable. En même temps, des bruits alarmans se répandaient : Verdun allait tomber… on n’était plus en sécurité à Salonique… l’armée des Alliés serait bientôt jetée à la mer…

Quelques personnes pusillanimes, effrayées par tous ces racontars et ne sachant plus distinguer le vrai du faux, partirent pour la Vieille-Grèce. Le propriétaire de la guinguette : A l’imprenable Verdun, avoua, un jour, à de fidèles cliens, qu’il méditait une petite modification de son enseigne, et qu’il se proposait de remplacer « imprenable » par « glorieux. »

— Parce que, n’est-ce pas ? Verdun, il sera toujours glorieux, même s’il est pris, déclara cet homme subtil…

Autre symptôme du grand trouble des consciences : un brave garçon de capitaine grec, qui a d’énormes moustaches et une âme sensible, et qui aime bien la France où il a fait ses études, a retrouvé ici, dans l’armée française, des camarades de promotion. Ces camarades, chers à son cœur, sont quelquefois un peu compromettans. Le capitaine Z… voudrait bien n’avoir pas d’ennuis… Aussi, selon les jours, les lieux et les circonstances, emploie-t-il un langage toujours aimable, mais diversement nuancé… Les affaires de l’Entente sont-elles bonnes ? « Bonjour, mon cher ami, comment vas-tu, mon cher ami ?… » dit Z… avec effusion. La chance tourne-t-elle contre nous ? « Bonjour, vous allez bien ? » dit le capitaine.