Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 41.djvu/579

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ce qui arrive aujourd’hui, il l’a prévu, et même il l’a préparé. C’est lui qui fut naguère envoyé d’Athènes pour signifier au général Sarrail la volonté du roi Constantin et l’avertir que, si les Bulgares pénétraient en territoire hellénique, les troupes grecques se retireraient devant eux. Dès alors, la reddition de Ruppel était décidée, comme beaucoup d’autres choses que nous verrons avant peu, à moins…

— A moins que la Grèce ne se débarrasse du Roi ?

Mon interlocuteur hausse les épaules :

— Vous n’avez donc jamais causé avec les Grecs ?… Ils tiennent à leur roi. Ils le considèrent comme un grand homme, et même les partisans de Venizelos n’osent toucher à cette idole qu’avec prudence et révérence. Ce matin, vous avez entendu crier : « A bas le gouvernement ! » Vous n’avez, pas entendu crier : « A bas le Roi ! » Constantin bénéficie encore du prestige que lui ont donné les guerres balkaniques. Interrogez tel et tel Grec, parmi les plus acharnés contre Skouloudis, Gounaris, Dousmanis, etc. Il vous dira :

« Notre roi n’est pas un grand politicien. »

Ou bien :

« Notre roi subit l’influence de sa famille et de son état-major, deux pestes pour la Grèce. Mais ses intentions sont excellentes. Il se trompe de bonne foi. »

Ou bien :

« Notre roi a des idées très arrêtées… Il n’est pas très perspicace… Peut-être même n’est-il pas très intelligent… Il assassine la Grèce en voulant la sauver… »

Et pour conclure :

« Notre roi est, malgré tout, un grand homme, et il a gagné des batailles qui effacent Salamine et Marathon. Nous voulons Venizelos, mais nous voulons aussi le Roi. Pas l’un sans l’autre. C’est cela que l’Entente ne comprend pas très bien… »

— Voilà, reprend mon ami, ce que disent les Grecs, quand on les pousse un peu. Ils tiennent à leur roi, parce que… parce que l’Allemagne est bien puissante, parce qu’elle a fait ici une propagande inouïe, parce que nous n’avons pas encore partie gagnée, parce que nous avons blessé au vif les ambitions grecques en promettant Constantinople aux Russes… Et ils tiennent aussi à Venizelos, les Grecs, parce que Venizelos est l’artisan de la plus grande Grèce, parce que la France croit en