Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 41.djvu/49

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sur les uniformes, les numéros des régimens dont il venait prendre le commandement. L’émotion lui serrait la gorge ; il se demandait et il demandait autour de lui comment il ramènerait ces troupes au combat. A ce moment précis, un ordre arrive ; ce sont les extraits de l’Instruction générale du 25 qui lui sont communiqués pour son instruction particulière. A peine a-t-il jeté les yeux sur le document officiel que la lumière et l’espoir renaissent en lui : il se met à la besogne et retrouve, parmi le désordre apparent, l’ordre réel qui subsistait et n’attendait que d’être rappelé à lui-même : « Nous reprîmes confiance, a-t-il dit, parce que nous nous sentîmes commandés. »


INSTRUCTION GENERALE DU 25 AOUT
DÉBUT DE LA MANŒUVRE DE LA MARNE

Pour aider à la lecture de cet important document, je crois devoir dire, d’abord, qu’il présente la conception et le plan d’une deuxième bataille générale devant avoir lieu non plus au-delà, mais en deçà de la frontière française, approximativement le 2 septembre. C’est l’application de la vigoureuse conception qui s’est fixée, dès la première heure, dans l’esprit du général en chef : « La 5e armée a pour mission de reprendre l’offensive pendant que les autres armées contiendront l’ennemi. »


LE COMMANDANT EN CHEF AUX COMMANDANS D’ARMÉE

Au Grand Quartier Général

le 25 août 1914, 22 heures,

La manœuvre offensive projetée n’ayant pu être exécutée les opérations ultérieures seront réglées de manière à reconstituer à notre gauche, par la jonction des 4e et 5e armées, de l’armée anglaise et de forces nouvelles prélevées dans la région de l’Est UNE MASSE CAPABLE DE REPRENDRE L’OFFENSIVE pendant que les autres armées contiendront, le temps nécessaire, les efforts de l’ennemi.

(Ce premier paragraphe expose toute la pensée de la nouvelle manœuvre. Le dessin est d’une pureté parfaite. L’opération offensive qui a échoué en Belgique est reprise, en arrière, avec une méthode plus forte et une ligne plus correcte.