Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 41.djvu/191

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rue du Ruisselet, pour la prise, d’un film cinématographique par un officier de l’état-major de la … armée. L’ennemi « tape » partout, en ce moment, dans le quartier. L’opérateur prend quand même, et malgré le temps un peu voilé, les films suivans : 1° les jeux scolaires malgré les obus ; 2° une prise de masques, à l’annonce de l’alerte « aux gaz ; » 3° ascension rapide des enfans masqués au premier étage ; 4° évacuation en cave, sous la menace du bombardement ; 5° une visite à l’école du Ruisselet ; 6° enfans au jardin scolaire ; 7° institutrices accompagnant, après un violent bombardement, des enfans que leurs parens ne sont pas venus chercher à l’école ; 8° enfans traversant un quartier bombardé pour se rendre en classe.

Il avait pris le matin les enfans rentrant dans une école de caves (école « Joffre »).

Vendredi 30. — Je suis autorisé à fermer les écoles quand je le jugerai nécessaire A deux heures et demie, je vais à la Place conférer avec le colonel-major de la garnison. Puis j’envoie à chaque directeur et directrice une circulaire rédigée en vue d’éviter toute panique : « Veuillez prendre note que les vacances commencent, pour votre école, ce soir, à quatre heures et demie. » C’est la veille seulement du jour officiel de l’ouverture des vacances de Pâques. Cette mesure me parait aussi urgente qu’indispensable…

Ainsi furent fermées, à la veille des derniers et terribles bombardemens. les écoles ouvertes à Reims depuis près de trente mois ! Il était temps ! Quelques heures de plus, et nous aurions eu sans doute des accidens terribles à déplorer. Quand rouvriront-elles maintenant ?

Délivré enfin de cette longue et terrible angoisse, ce n’est pas sans une satisfaction, facile à comprendre, que je fais le compte des résultats obtenus : il n’est plus possible de douter que les écoles dans les caves ont rendu un réel service aux parens, de bien plus grands services aux enfans, et cela sans que le moindre accident soit venu diminuer le bonheur que nous avons éprouvé à faire le bien.


LA VIE DANS LES ÉCOLES

Chaque école souterraine a été placée sous le patronage nominal d’une de nos gloires militaires : n’était-ce pas, en un