Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1915 - tome 28.djvu/316

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que la Cour des comptes a prononcé sa déclaration de conformité. L’ensemble de la procédure est beaucoup plus expéditif en Italie que chez nous : il ne s’écoule en général que peu de mois entre la clôture d’un exercice et le vote du consuntivo. C’est ainsi que nous avons déjà sous les yeux celui de 1913-14. En voici l’historique : en le présentant au mois de décembre 1912, le ministre estimait qu’il 3e solderait par un surplus de 58 millions, lequel, au moment de l’assestamento, se transforma en un déficit de 246 millions. La clôture définitive des comptes a réduit cette insuffisance à 164 millions. Ce dernier chiffre résulte de l’écart entre l’excédent des recettes ordinaires, qui se monte à 287 millions, et les dépenses extraordinaires, qui ont absorbé 451 millions. Voici le détail des recettes de 1913-14 :


Recettes budgétaires.


Revenus patrimoniaux. Divers 17
Chemins de fer : produit net 28
Chemins de fer : taxe sur les transports 45 88
Impôts directs Propriété non bâtie 82
Propriété bâtie 113
Richesse mobilière 346 541
Impôts sur la consommation et monopoles. Douanes 343
Taxes de fabrication 230
Taxes de consommation 53
Loterie 107
Tabac et sel 440
Quinine 3 1 176
Taxes sur les affaires. Successions 51
Mainmorte 6
Enregistrement 94
Timbre 82
Surtaxe de l’enregistrement et du timbre 295
Hypothèques 11
Divers 22 295
Produits des services publics. Postes 127
Télégraphes et téléphones 43
Divers 41 211
Rembourserons 93
Divers 120 213
Total des recettes 2 524

On remarque la faible part que fournissent les revenus