Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1915 - tome 28.djvu/305

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


écart s’explique par le fait que presque toutes ces lignes sont d’intérêt local.

La marine marchande s’est développée : de 1880 à 1912, le nombre des vapeurs a passé de 158 à 839, et leur capacité de 77 000 à 762 000 tonnes. Le mouvement dans les ports, de 1890 à 1910, a quadruplé pour le pavillon national : il s’est élevé de 30 à 120 millions de tonnes, tandis que celui du pavillon étranger passait de 15 à 40 millions. Toutefois le progrès des transports par navires italiens vient surtout du cabotage. Dans les frets internationaux, le pavillon national ne prend plus qu’un quart du total, au lieu d’un tiers il y a vingt ans.

Au milieu de l’année 1914, les conditions économiques étaient satisfaisantes : les recettes des chemins de fer de l’Etat s’étaient élevées, pour l’exercice clos le 30 juin, à un chiffre supérieur de 18 millions de lire à celles de l’année antérieure. Le montant des dépôts aux caisses d’épargne et dans les banques avait passé de 7 221 à 7 596 millions ; au cours du premier semestre de 1914, l’Etat avait placé pour 450 millions de titres. La rente 3 1/2 se maintenait au-dessus de 97 et les changes étrangers aux environs du pair. La guerre fit descendre la première à 86 et monter le cours du franc français jusqu’à 113. Mais, à la fin de 1914, la rente était remontée à 91 et le change était revenu à 105. Deux sources de revenus particulièrement utiles à la circulation monétaire manquent en ce moment à l’Italie, les voyageurs étrangers et les remises des travailleurs indigènes occupés au dehors.

Un des meilleurs indices nous est donné par la statistique de l’épargne ; en 1882, dans la partie septentrionale et centrale de la péninsule, les dépôts aux caisses d’épargne s’élevaient à 96 millions. En admettant qu’ils aient été égaux dans le reste de l’Italie, ils ne dépassaient donc pas un total de 200 millions. Au 30 juin 1912, voici quelle en était l’importance :


Millions de lire.
Dépôts à intérêts chez les trois instituts d’émission 92
Dépôts et bons à échéance des établissemens de crédit. 999
Dépôts des banques populaires 1510
Dépôts des caisses d’épargne 2 576
Dépôts des caisses d’épargne postales 1 875
Dépôts des monts-de-piété. 299
Dépôts des caisses rurales 99
Total 7 450