Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1915 - tome 28.djvu/220

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’opération a été bien conçue, il n’y a point d’effets extérieurs, pas de gerbe de terre, pas d’entonnoir : les effets restent souterrains. La contre-mine, en explosant, écrase la galerie ennemie qui ne peut plus avancer, dans la terre désagrégée. L’agresseur est obligé de la reprendre et recommencer en arrière et de côté : il a perdu du temps et du travail. On a beaucoup fait jouer le camouflet au siège de Schweidnitz en 1762 ; c’étaient deux Français qui dirigeaient le service des mines : Lefèvre, pour l’assiégeant, Grébeauval pour la défense. La place se rendit après 48 jours de guerre souterraine.

Est-il besoin de faire observer que dans les deux guerres, de tranchées et de mines, la géologie joue un rôle capital ? Il y a de bons terrains, où la fouille est facile, et où les terres « se tiennent. » D’autres sont détestables : trop durs, et nécessitant le trépan, les pétards, etc., comme les sols rocheux ; trop tendres au contraire, coulans, tel le sable. Il est des terrains où la tranchée est à peu près impossible ; là où, sous une mince couche de terre, on rencontre le granit par exemple. Certains favorisent ou entravent les entreprises, par l’agencement des couches : ici l’eau jaillit et empêche de continuer ; là, elle permet une tentative d’inondation de galeries adverses. Le rôle de la géologie et de la géographie physique, qui est immense dans la guerre en général, l’est aussi dans la guerre de mines et de tranchées.

Evidemment, il n’est pas encore temps de tirer des conclusions sur celle-ci ; mais il semble bien, à première vue, que désormais les nations ayant quelque souci de leur sécurité auront pour premier soin d’établir à l’avance, en temps de paix, sur leurs frontières, de solides et nombreuses lignes de tranchées. Rien n’est plus propre, selon les apparences, à arrêter un ennemi aussi bien pourvu en matériel, et aussi courageux, et en même temps beaucoup plus nombreux. Le colonel Feyler l’avait parfaitement prévu, et l’événement lui donne raison.


HENRY DE VARIGNY.