Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1915 - tome 28.djvu/110

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fait signe d’approcher en lui disant : « Veni, veni, monsieur Alleman. » Glaser débite sa petite harangue, que voici textuellement, à titre d’échantillon du français qu’un Strasbourgeois parlait dès 1631 :

« Sire, je suis très aise de trouver Vostre Majesté en si bonne santé et parfaite prospérité. Je prie Dieu qu’il conserve Vostre Majesté longtemps en mesme estat pour le bien et la grandeur de Vostre Royaume et de toute la Chrestienté. Mes supérieurs et messieurs de la ville de Strasbourg m’ont donné ces présentes (missives), — avec très-humbles recommandations de leur Estat et remercîment pour tant de grâce qu’il a plu à Vostre Majesté d’eux favoriser, suppliant très humblement Vostre Majesté de croyre que mesdits Sieurs sont toujours vos très humbles serviteurs et voisins. »

A cela que répond le Roi ? « Sa Majesté royale m’a répondu en français, tête nue, d’une voix grave, mais claire : « Je suis amateur de la liberté et de touts Estats libres, mais singulièrement de vostre ville de Strasbourg, comme vous entendrez de mes gens. »

Je passe sur l’audience que Richelieu lui accorde dès le lendemain, mais je m’arrête un instant aux conférences d’une saveur très piquante qu’il a eues avec le Père Joseph. Le Strasbourgeois, ce qui prouve sa perspicacité, n’est pas dupe d’une profession de large tolérance que lui développe celui dont mon savant confrère, M. Fagniez, a dit qu’il avait la passion d’entreprendre et de mener rondement des conversions en masse et en détail. Cette perspicacité rend d’autant plus spirituel le mot que suggère à Josias Glaser un petit incident qu’il raconte ainsi :

« Pendant que nous étions à discourir de la sorte, une guêpe s’approcha et se mit à bourdonner bruyamment autour de nous ; elle finit par pénétrer sous le froc du Père et le piqua à la cuisse, si bien qu’il se mit à crier lamentablement, et que son frère, M. du Tremblay, le gouverneur de la Bastille, accourut, ainsi que le Père Ange. Ils ont examiné le bon vieux monsieur (den gutten alten Herrn) et l’ont guéri avec une compresse d’encre. Bientôt, il s’est senti mieux : alors, je lui ai dit que c’était sans doute une guêpe espagnole sortie de la niche de Cerbère, et qui n’avait pu supporter d’entendre plus longtemps ses excellentes paroles (de tolérance). Là-dessus, il s’est mis à