Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1914 - tome 21.djvu/312

Cette page n’a pas encore été corrigée


Souvenirs de la mission Marchand


I. COMMENT SE PRÉPARE UNE MISSION ET COMMENT ELLE VOYAGE


Comment se prépare une mission ?

C’est une question souvent posée par ceux qui ne connaissent pas l’Afrique.

Il faut distinguer une mission d’une exploration, et d’une colonne destinée à faire de l’occupation.

Un explorateur se contente de traverser un pays, afin d’y recueillir des renseignemens, ou de donner à sa patrie un droit de priorité pour la possession des régions parcourues par lui. Il n’aura qu’à déterminer avant son départ la durée approximative de son voyage : et avec quelques caisses de perles, quelques ballots d’étoffe, il arrivera toujours à se nourrir et à faire vivre son escorte, insignifiante d’ailleurs, et simple porte-respect. Il emportera, en plus, quelques caisses de conserves pour lui, et quelques cadeaux pour les chefs dont il voudra se concilier l’amitié. Son convoi sera réduit, il ne s’en séparera pas et voyagera avec lui.

Une colonne appelée à faire de l’occupation sera forte, s’établira en différens points, mais opérera en contact direct avec sa base d’opérations, d’où elle tirera ses ravitaillemens au fur et à mesure de ses besoins.

Tout autre est la façon d’opérer d’une mission comme celle que le gouvernement confia en 1896 au capitaine Marchand. Cette mission relevait à la fois de l’exploration et de l’occupation.