Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1914 - tome 21.djvu/299

Cette page n’a pas encore été corrigée


Pages inédites d’Ernest Renan – Décembre 1843


Les pages suivantes ont été recueillies par une main filiale dans les papiers d’Ernest Renan : elles ont un trop grand intérêt, une trop grande importance pour rester plus longtemps inédites. Renan les a écrites au moment où, sorti du séminaire d’Issy, il venait d’entrer à Saint-Sulpice. On sait par sa correspondance avec sa sœur Henriette quelles étaient alors les perplexités de son esprit. Elles ne venaient pas encore des doutes qui l’ont assailli un peu plus tard sur les matières de foi, mais bien de la question angoissante qu’il commençait à se poser au sujet de sa vocation ecclésiastique. Il se demandait si l’état qu’il avait embrassé était celui qui convenait le mieux à son naturel, à son caractère et, comme il disait, à son type, et la réponse qu’il se faisait ne le rassurait qu’à demi. Il aimait de l’état ecclésiastique la possibilité pour lui de se consacrer au travail intellectuel, à l’étude, à la recherche patiente du vrai, ce qui était à ses yeux la vie idéale ; mais il craignait aussi d’y rencontrer certaines accointances qui lui déplaisaient, lui répugnaient même, et d’y être soumis à des sujétions qui lui auraient pesé. De là ses hésitations à accepter la tonsure avant de quitter Issy et même après son entrée à Saint-Sulpice, non pas qu’il y eût dans cet acte un engagement définitif, mais parce qu’il y avait à ses yeux une promesse qu’il aurait préféré ne pas faire encore. Sa résolution était prise, le pas allait être franchi lorsqu’il écrivait les deux morceaux que nous reproduisons. Le premier, — Règlement particulier, — prouve que sa foi était intacte. Le second, — Principes de conduite, — beaucoup plus développé et plus significatif, nous le montre tel qu’il sera dans toute la suite de sa vie, mettant en somme le travail intellectuel au-dessus de tout. « Puisque Dieu, dit-il, ne m’inspire pas ce zèle, vif, ardent et expansif pour le