Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1914 - tome 21.djvu/176

Cette page n’a pas encore été corrigée


d’intérêt personnel dans l’amour de Dieu chez certains hommes. Et ceci est bien remarquable que La Rochefoucauld ait évidemment évité la question des sentimens religieux. Il n’y a dans tout le livre des Maximes qu’une seule ligne sur la dévotion : « La plupart des amis dégoûtent de l’amitié, et la plupart des dévots dégoûtent de la dévotion. » Incontestablement, cette maxime n’épuise pas la question. Il me semble que La Rochefoucauld évite d’envisager les états extrêmes de l’âme humaine, où il entrevoit des choses qui contrarieraient son système. Il a aperçu dans l’humanité des régions inconnues, des sentimens irréductibles à l’amour-propre, et il s’en est détourné, ne s’étant nullement engagé à tout expliquer par son idée générale, mais seulement la plupart des choses. Au vrai, le titre de son ouvrage pourrait être : coup d’œil sur la moyenne de l’humanité.

Mais surtout il y a à remarquer que La Rochefoucauld, non seulement par omission, mais par déclarations expresses, a été beaucoup moins sévère pour les hommes qu’on ne s’obstine à le dire. Il a affirmé que l’homme n’agit que par intérêt. Donc il nie la bonté. Soit. Mais pourquoi ne remarque-t-on pas que, du même coup il nie la méchanceté ? Il affirme que l’homme n’obéit jamais qu’à son amour de soi. Donc par amour du bien, jamais ; mais par amour du mal, jamais non plus. Pour La Rochefoucauld, la méchanceté n’existe pas. Peut-on dire que cet homme-là calomnie l’humanité ? Mais… il la flatte ! Un satirique pourrait prendre une aune les maximes de La Rochefoucauld et montrer à quel point elle est flatteuse pour l’homme en supposant que jamais il n’agit par goût du mal. « Défiez-vous de votre optimisme, disait Mérimée, et persuadez-vous qu’il n’y a rien de plus commun que de faire le mal pour l’amour du mal. » Voilà le contempteur de l’humanité. La Rochefoucauld est précisément le contraire. A La Rochefoucauld qui a cru que la méchanceté n’existe pas, l’humanité reconnaissante.

Paradoxe à part, il est bien certain que La Rochefoucauld croit peu à la perversité humaine. Il ne croit qu’à l’amour de soi et à son admirable habileté à se déguiser. Il ne croit qu’à l’intérêt et à ses subterfuges. Il se fait ainsi de l’humanité une idée fausse ; car plût à Dieu que l’homme ne fût qu’intéressé ! Il l’est, mais surtout il croît l’être et il est mené surtout par des passions qui se déguisent en intérêts. Des intérêts se travestissant en vertus, c’est ce qu’a vu La Rochefoucauld ; des passions