Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1912 - tome 12.djvu/404

Cette page n’a pas encore été corrigée


sont très résistantes, il faut, en plus, faire la culture à 47°, température à laquelle les spores ne se forment plus.

Les résultats pratiques de cette vaccination anticharbonneuse furent merveilleux.

Les expériences, faites à Pouilly-le-Port par Pasteur, Chamberland et Roux, sont vraiment historiques : sur un lot de cinquante moutons, vingt-cinq sont vaccinés en deux séances à douze jours d’intervalle, les vingt-cinq autres servent de témoins ; quatorze jours après, les cinquante animaux sont inoculés avec un virus charbonneux fort ; deux jours après, « ainsi que l’avait annoncé Pasteur, » les vingt-cinq moutons vaccinés étaient indemnes et les vingt-cinq témoins étaient morts.

« L’introduction de cette méthode a pu faire disparaître de certains pays les épizooties charbonneuses ; elle a, par contrecoup, rendu beaucoup plus rare, chez l’homme, l’apparition de la pustule maligne. » (Paul Carnot.)

Chamberland a publié des renseignemens précis sur les vaccinations pratiquées (depuis 1882 jusqu’au 1er janvier 1894) chez 1 788 677 moutons et 200 962 bœufs : la perte totale sur les moutons (succombant après la vaccination ou dans le courant de l’année) a été en moyenne de 9,4 pour 1 000 et sur les bœufs de 3,4 pour 1 000 ; tandis que, avant l’emploi de la vaccination, les pertes annuelles étaient évaluées à 100 pour 1 000 sur les moutons et à 50 sur les bovidés.

A-t-on jamais rêvé plus magnifique démonstration de l’immense importance sociale que peut prendre une découverte scientifique, tout entière née et développer dans le laboratoire d’un biologiste ?


IV

J’ai dit que la découverte des microbes dans les virus infectieux et la découverte de la vaccination par les virus atténués sont indépendantes et nullement solidaires l’une de l’autre, dans l’œuvre magnifique de Pasteur. Ceci est tellement vrai que l’une des plus belles et des plus importantes au point de vue social parmi les applications de cette méthode est certainement la vaccination antirabique (dont la découverte est une des plus grandes gloires de Pasteur), alors que le microbe de la rage est encore très mal connu aujourd’hui et, en tout cas, était