Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1910 - tome 58.djvu/964

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’ici du moins, M. Maura, le chef de la droite, n’a rien dit ; il ne s’est pas détaché de la majorité. Ce sont là des symptômes significatifs et dont le Vatican fera bien de tenir compte ; on assure d’ailleurs que telle est sa disposition et qu’il prépare une note modérée. Le souvenir de ce qui s’est passé en France ne sera sans doute pas perdu pour lui : chez nous aussi on lui avait annoncé des soulèvemens qui n’ont pas eu lieu, et il est probable que ces assurances ont pesé sur quelques-unes de ses déterminations. L’élément purement catholique est, à la vérité, plus nombreux et plus fort en Espagne qu’en France, et il ne semblait pas impossible que les choses y prissent une autre tournure. À défaut du monde politique qui conserve une attitude expectante, on pouvait croire que l’opinion manifesterait son désaveu de la politique gouvernementale. Effectivement l’opinion catholique est très surexcitée et, au premier moment, on a annoncé qu’elle se livrerait à des manifestations imposantes. La tranquille et aimable ville de Saint-Sébastien, la plus cosmopolite de l’Espagne, avait été choisie pour cela. Il a suffi à M. Canelejas d’interdire les manifestations, de réquisitionner tous les moyens de transport et d’accumuler des forces militaires considérables en vue de faire respecter son veto pour que les catholiques, contenant leurs colères, prissent le parti de s’abstenir. Leurs sentimens ne sont pas changés pour cela, et ils les exprimeront certainement sous une autre forme ; souhaitons qu’elle reste toujours constitutionnelle ; quoi qu’il en soit, le gouvernement est trop engagé pour reculer, et M. Canelejas a montré qu’il était résolu à tout pour maintenir l’ordre. Hier encore, un conflit matériel semblait à la veille d’éclater : on peut espérer y échapper maintenant, mais la situation est profondément troublée, et sans doute pour longtemps. Nous en resterons les témoins attentifs, sans nous risquer à émettre des prédictions auxquelles l’événement pourrait donner un démenti rapide. Au surplus, si nous sommes très brefs aujourd’hui sur les affaires d’Espagne, nous sommes bien sûrs, trop sûrs, d’avoir prochainement l’occasion d’en reparler.


Francis Charmes.
Le Directeur-Gérant,
Francis Charmes.