Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1910 - tome 56.djvu/319

Cette page n’a pas encore été corrigée
313
LETTRES DE LOUIS-PHILIPPE ET DE TALLEYRAND.

dit sous la rubrique de Douvres le 28, que la flotte anglaise y a pris les pilotes assermentés, et qu’elle se rend devant l’Escaut. Si cela était vrai, aujourd’hui 5 novembre, vous en auriés reçu la nouvelle, soit de Londres, soit de Bruxelles, soit même de lord Granville.

Bonsoir, mon cher Général. — L. P.


Lundi matin à 10 heures et demie, 19 décembre 1831.

Mon cher Général, l’affaire se complique de plus en plus, et je le vois avec douleur, mais elle exige de nous toute la force que la France a droit d’attendre de son gouvernement dans une circonstance aussi grave. On veut conserver la fameuse tête de pont dont on nous a solennellement promis la destruction, et nous devons sommer tutti quanti de tenir leur parole, et il faudra bien qu’ils la tiennent.

Je vous renvoyé la dépêche de Belliard et je garde pour quand vous viendrés la lettre du Roi Léopold qui, tout en me priant de le croire un peu peiné de cette affaire des forteresses, m’annonce que déjà il a expédié à Londres à ses plénipotentiaires sa ratification du traité !!…

Bonjour, cher Général. — L. P.


Jeudi 15 mars 1832.

Mon cher Général, je crois qu’il faut réprimer vivement la sottise dont parle M. de Tallenay[1]de menacer la garnison d’Anvers de la passer au fil de l’épée, si la citadelle tirait sur la ville en cas d’attaque par les Belges.

C’est une absurde atrocité. J’en écrirai au Roi Léopold, il ne faut pas tolérer ces propos-là à Bruxelles. Quant au désir de rattraper un peu de gloire, c’est une autre sottise. Les Belges doivent renoncer absolument atout projet d’attaque sur Anvers. Ils doivent être guidés par la Conférence et attendre ce qu’elle décidera à cet égard. Je l’ai déjà écrit deux ou trois fois au Roi Léopold et je le lui répéterai très positivement. — L. P.

Je vous parlerai aussi de la nécessité de parler et faire parler à Bruxelles pour modérer et retenir en cas de refus du Roi de Hollande.

  1. M. de Tallenay, secrétaire de la Légation de France à Stockholm.