Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1910 - tome 56.djvu/305

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Lettres particulières
du
roi Louis-Philippe
et du
prince de Talleyrand
au ministre des Affaires étrangères

GUERRE DE LA HOLLANDE CONTRE LA BELGIQUE
1831



Si le congrès de Bruxelles avait élu, le 4 juin 1831, un Roi, il n’avait pas été en son pouvoir d’affermir, le même jour, le trône de ce Roi. Les grandes forces qui se préparaient à lutter ne laissaient pas aux diplomates de la Conférence de Londres l’espérance certaine de faire triompher, de nouveau, les intérêts de la France et de la Belgique.

Derrière la Hollande, les trois puissances du Nord, la Russie, l’Autriche et la Prusse pouvaient-elles se désintéresser du nouvel état politique consacré par la Conférence ? Elles témoignaient par des attitudes différentes, il est vrai, mais très résolues, leur hostilité. La Russie ne dissimulait pas un ardent mécontentement, alors que l’Autriche savait rester passive, et que la Prusse avait un rôle indiqué, son souverain étant le cousin du roi de Hollande. Toutes les trois ne croyaient-elles pas, en outre, que