Page:Revue des Deux Mondes - 1907 - tome 38.djvu/315

Cette page n’a pas encore été corrigée


l’aveu du Roi, le maître de l’artillerie Jean Bureau se rend à Orléans où il entend faire élire son fils. Il y apparaît déjà comme un de ces préfets qui, pour obtenir l’envoi au Palais-Bourbon d’un candidat bien vu, passent des promesses aux menaces. Si le petit Bureau est élu, que de bienfaits s’abattront sur Orléans ! La ville sera déchargée des tailles et la cathédrale sera achevée. Mais, s’il ne l’est pas, privilèges retirés, gens d’armes envoyés, impôts doublés ! A Langres, c’est le procureur général, à Tulle, le bailli de Touraine, qui viennent signifier de rude façon les volontés du Roi.

Plus que de l’intervention abusive du Roi, les gallicans intransigeans se plaignaient de la trahison des élus. Aussitôt choisis, suivant les règles consacrées par la Pragmatique, ces prélats, pour ne point être inquiétés, s’en allaient à Rome faire acte de soumission et y portaient de l’argent. Beschebien, repoussé une première fois, n’a-t-il pas cru tirer la leçon des événemens et, élu évêque de Chartres, n’a-t-il point couru à Rome porter 2 000 ducats pour se faire bien venir ?

Et puis, l’anarchie est bel et bien introduite dans le sanctuaire, et, avec l’anarchie, la violence. Le dimanche 19 février 1441, Philippe de Gamaches, abbé de Saint-Faron de Meaux, sachant son siège contesté, a envoyé six hommes d’armes dans l’église, dont un occupe la chaire abbatiale où l’adversaire veut installer son candidat. A Orléans, le petit Bureau a été installé de force sur le maître-autel de la cathédrale et dans la chaire épiscopale : on s’est battu à coups de torches, on a déchiré la robe du concurrent. A Rouen, c’est un cas plus gai : lors d’une élection douteuse en 1453, on s’en remettra franchement à la force… ou à la ruse. Celui des candidats qui, le lendemain matin, parviendra à se faire porter le premier sur l’autel, demeurera archevêque. Dès l’aube, les compagnons du Vieux-Marché investissent les portes de la cathédrale pour y introduire les premiers Richard Olivier, leur candidat : ils enfoncent la porte, pénètrent dans l’église et aperçoivent, trônant sur l’autel, Philippe de la Rose, que les drapiers, ses amis, ont introduit par la fenêtre.

Les évêques et les chanoines, devant un tel état de choses, semblent se décourager : certains chapitres renoncent à leur droit d’élire, s’en remettent au Pape. Machet, Machet lui-même ! invite le Pape à pourvoir à des bénéfices de son diocèse.

Enfin, les universités ont eu des mécomptes. Les chanoines