Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1907 - tome 38.djvu/205

Cette page n’a pas encore été corrigée


Poésies


POÉSIES



LA MAISON DE LIVIE


C’est ici que l’habile et modeste Livie,
Feignant de fuir les toits pompeux du Palatin,
Tranquille devant Rome orageuse au lointain,
Autrefois a passé la moitié de sa vie.

Digne épouse du Maître économe et prudent,
C’est ici que, jouant les Lucrèces antiques,
Elle a vécu, fidèle aux coutumes rustiques,
En filant ses habits, en cousant, en brodant…

L’humble atrium est peint encor de vertes fresques,
Où jadis, d’un pinceau délicat et soudain,
Quelque Hellène a fait naître un irréel jardin
Que sa verve a fleuri de détails pittoresques.

Sans doute bien des fois, aux murs de la villa,
Tandis qu’entre ses mains coulait la laine blanche,
Elle a vu cet oiseau perché sur cette branche ;
Ses yeux se sont posés sur cette rose, là…

Et bien des fois aussi, rêveuse au crépuscule
Devant le beau couchant latin couleur de miel,
Elle a dû contempler, sous l’or du même ciel,
Le même horizon bleu qui tremble et qui recule…