Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1907 - tome 38.djvu/149

Cette page n’a pas encore été corrigée


reconnaître pour chef. Mais qu’est-ce qu’un chef qui n’a point de chef ? c’est le Souverain : il n’y a qu’à dire chefveraineté au lieu de souveraineté. La Puissance donnée à un seul et sur tous emporte la plénitude. (Bossuet.) C’est tout ce que nous voulons.

« Mais n’en parlons plus, mon très cher comte ; la grande affaire dans ce monde est de bien vivre avec ses amis lors même qu’il arrive aux opinions de diverger fortement. La lettre que vous m’avez écrite peut vous fournir à vous-même le sujet de réflexions très philosophiques. Elle vous fera comprendre comment les plus honnêtes gens ont fait les plus grands maux, avec les meilleures intentions. Une douzaine d’hommes, qui veulent être l’Eglise catholique dans un salon d’Angleterre, ne passent pas les bornes d’une honnête plaisanterie ; mais donnez-leur la liberté d’agir ; laissez-les ameuter leurs amis et leurs cousins, donnez-leur des gens qui aient intérêt à les soutenir ; inventez surtout un nom en iste qui désigne leur parti et un autre nom qui rime au premier et qui, dans leur dictionnaire, emporte un anathème, bientôt vous verrez l’erreur augmenter en roulant comme une lavange. Ceux qui l’ont excitée en parlant trop haut, seront comme de raison les premiers engloutis. Les routes seront obstruées au point que de tout l’hiver, on ne pourra aller à Rome. Enfin on viendra, dans l’été, écrire sur le tombeau des Excitateurs : Ci-gît gui réfléchit trop tard.

« J’aurais bien d’autres choses encore à vous dire ; mais il faut finir. Je fais même un effort pour vous griffonner ces pages tant j’ai la tête occupée et pour ainsi dire obstruée par les événemens. Que ce moment est redoutable ! On joue une partie où il s’agit de tout. Le public, ici, est agité en sens contraire par des bruits contradictoires et également faux. Avant-hier, les Français étaient à Moscou ; hier soir, ils étaient battus et leur chef infernal blessé mortellement. Les coquins jouent un grand rôle dans tous ces bruits. Le fait est que les deux partis sont aux portes de la capitale, que l’armée russe est devenue supérieure à celle des Français, que l’esprit est excellent et que dans ce moment même, suivant toutes les apparences, 10/22 septembre à dix heures du matin, on décide le plus grand procès qui ait été jugé entre les hommes depuis vingt siècles peut-être, car qui peut calculer les suites en bien ou en mal ? Encore une fois, on ne peut respirer.