Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1906 - tome 33.djvu/941

Cette page n’a pas encore été corrigée


sur l’anthropologie appliquée ; et ce qu’il en avait entrevu lui avait inspiré le désir de les mieux connaître. Mais bientôt, à chaque étape de l’examen approfondi qu’il en a fait, il s’est aperçu que les phénomènes en question, faute d’avoir été soigneusement définis et classés, avaient donné lieu à une foule d’opinions confuses ou inexactes, et dont plusieurs risquaient d’avoir les conséquences pratiques les plus fâcheuses : de telle sorte que, parvenu au terme de son enquête, il a jugé qu’il avait le devoir de nous prévenir contre ces erreurs, en nous présentant l’hypnotisme et le spiritisme sous leur aspect véritable. Son livre est, ainsi, une manière de petit « traité » scientifique, pareil à ceux que des médecins écrivent, tous les jours, pour nous éclairer sur les causes et les caractères de la tuberculose ou de l’appendicite. De la masse énorme de ses lectures, de l’ensemble de ses observations et réflexions personnelles, M. Lapponi s’est efforcé de dégager, à notre usage, quelques notions générales, très simples, très nettes, et très positives, pouvant être comprises du lecteur même le plus ignorant, et d’autant plus capables de porter leur fruit.

La première des erreurs communes qu’il s’est proposé de combattre est celle qui consiste à confondre l’hypnotisme avec le spiritisme, ou simplement à supposer entre eux une analogie de nature. Il n’y a pas, suivant lui, jusqu’à la « mirabilité » des phénomènes de l’hypnotisme et de ceux du spiritisme, jusqu’à la propriété qu’ils ont de nous surprendre et de nous intriguer, qui, au fond, ne soit très différente dans l’un et l’autre cas : car la surprise que nous causent les phénomènes hypnotiques ne résulte que de ce que ces phénomènes ont pour nous d’imprévu et d’exceptionnel, tandis que les phénomènes du spiritisme, pour peu que nous admettions leur existence, doivent forcément nous paraître mystérieux et inexplicables. L’hypnotisme a beau nous étonner : il est un fait scientifique certain, indiscutable, un fait que nous sommes tenus de reconnaître comme nous reconnaissons les attributs singuliers du radium ou des rayons X, sauf pour les savans à essayer d’en découvrir l’origine et les lois ; mais au contraire le spiritisme, lui, si seulement il est vrai, constituera toujours un prodige, un défi à toutes les lois où les savans auront rêvé de l’emprisonner. Et la confusion que nous sommes trop tentés d’établir entre l’hypnotisme et le spiritisme est peut-être ce qui contribue le plus, aujourd’hui encore, à entraver notre connaissance des sources, des modes d’action, et surtout des effets de cet hypnotisme que M. Lapponi, tout en nous signalant ses dangers, appelle « l’une des plus