Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1906 - tome 33.djvu/911

Cette page n’a pas encore été corrigée


l’idée que ces mêmes conventionnels allaient se perpétuer au pouvoir. Sans réfléchir que les circonstances rendaient ce maintien nécessaire et qu’elle servait, en le combattant, les desseins de la contre-révolution, elle lança ses amis à l’attaque et, en particulier, Benjamin Constant.

Celui-ci brûlait de faire ses premières armes. Dès le jour de son arrivée à Paris, le 6 prairial, dans la candeur de sa foi républicaine, il datait son premier billet à la « citoyenne Nassau, » sa tante, de « l’an III de la République, une, indivisible et impérissable [1] ! » Persuadé que les républicains l’accueilleraient à bras ouverts, il avait couru chez Sieyès, muni d’une lettre de recommandation qu’Ælsner lui avait donnée à Berne ; Sieyès l’avait accueilli avec politesse, mais, depuis ce temps, le faisait surveiller [2]. Constant cherchait partout l’image de la liberté et ne la trouvait nulle part. Il avait beau écrire : « On veut l’ordre, la paix et la république, et on l’aura [3] ! » Le spectacle qu’offrait Paris, la contre-révolution s’étalant dans les cafés, les théâtres, les salons mondains, les sections, les journaux, donnaient à ses illusions un cruel démenti. Il était assidu aux séances de la Convention ; mais, au lieu de cette grande assemblée, dont l’énergie avait étonné le monde, il voyait avec stupeur des furieux qui s’invectivaient, des accusés pâles, couverts de sueur, se promenant d’un bout à l’autre de la tribune, sans pouvoir se faire entendre et dire une seule fois à ces « oppresseurs frénétiques déguisés en juges, » qu’ils n’avaient été jadis que les dociles exécuteurs de leurs sentences [4]. Au milieu de cette anarchie mortelle naissait la Constitution. Où était la liberté ? Nul ne paraissait s’en soucier, et les conventionnels semblaient plus préoccupés d’assurer leur sort que de fonder la république. Mme de Staël n’eut donc pas de peine à faire partager à Constant ses propres idées : il fallait que le peuple consulté exprimât librement ses suffrages ; et, répondant aux secrètes pensées de son ami, elle l’invita à prendre la plume et à combattre le projet de la Convention. Constant saisit l’occasion avec joie. Le 6, le 7 et le 8 messidor (24, 25, 26 juin) paraissaient dans le journal de Suard, les Nouvelles politiques, trois lettres, non signées,

  1. Lettres publiées par Mme Melegari, à la suite du Journal intime.
  2. Benjamin Constant, Revue de Paris, 1830 ; Coulmann, ouv. cité.
  3. Lettre du 6 prairial.
  4. Mémoires dans Coulmann, ouv. cité.