Page:Revue des Deux Mondes - 1906 - tome 33.djvu/799

Cette page n’a pas encore été corrigée


Volia. Ils choisirent l’étiquette de socialistes révolutionnaires en opposition aux social-démocrates de l’école allemande. Ceux-ci ouvrirent aussitôt contre ces revenans le feu de la grosse artillerie marxiste. Ils les traitèrent de chevaliers du poignard, de romantiques, d’illuminés, de phraseurs dont l’enthousiasme ignorant prétendait changer le cours de l’histoire, franchir d’un bond la période capitaliste et se servir du moujik comme agent de révolution sociale.

Les nouveaux terroristes ripostaient à leurs adversaires que la doctrine inspirée à Marx par le spectacle du développement industriel en Angleterre, vient se briser, en Russie, à recueil de la question agraire. Que pèsent trois millions d’ouvriers industriels en présence de quatre-vingt-dix millions de paysans ? Quelle solution, quels remèdes apportent les marxistes à ces masses affamées ? l’affranchissement des anciennes dettes de rachat, l’adjonction à leurs terres des lots refusés lors de l’émancipation, quelques exigences démocratiques : et, de l’aveu même des marxistes, ce programme agraire n’est qu’un palliatif ; rien, d’après eux, ne peut sauver la majorité des paysans de l’exploitation des usuriers de village et de la ruine. En vertu de la théorie des étapes, il faut, de toute nécessité, que le communisme suranné de l’Obchtchina disparaisse, que le paysan soit exproprié par la bourgeoisie pour arriver au collectivisme et à la délivrance finale. Le marxisme conséquent devrait donc pousser à la roue, faire cause commune avec l’usurier, le bourgeois de campagne. En conséquence, les socialistes révolutionnaires jetaient aux marxistes l’épithète infamante de conservateurs que les marxistes prodiguaient aux économistes. Les nouveaux terroristes se proclamaient les seuls révolutionnaires, les vrais, les purs.

Ils accordaient cependant aux marxistes qu’une poignée de braves ne saurait suffire, comme l’avaient cru les anciens terroristes, à renverser l’ordre existant, qu’il faut s’appuyer sur le peuple. Mais le peuple ; pour les marxistes, c’est l’infime minorité des ouvriers industriels, considérée comme l’élite privilégiée, investie de la mission de changer le monde ; pour les terroristes nouveau style, le peuple c’est la nation entière, et la population paysanne au premier rang. Ils combinent le terrorisme et le populisme ; ils reprennent la propagande agraire dans de bien meilleures conditions qu’autrefois ; la mentalité paysanne est en voie de transformation ; les paysans ont éprouvé l’horrible famine