Page:Revue des Deux Mondes - 1906 - tome 33.djvu/594

Cette page n’a pas encore été corrigée


dégénérés, qu’aucun d’eux ne soit plus digne de vous représenter, et que des étrangers seuls puissent obtenir le mandat de parler en votre nom dans les assemblées solennelles de la nation ? »

Au lendemain de cette proclamation, l’Homère provençal, Mistral, m’envoya sur sa carte les vers suivant

La terre nourricière, la nature,
Nourrit toujours sa progéniture
Du même lait. Sa dure mamelle
Toujours à l’olivier donnera l’huile fine
Voici ma voix
O vaillant provençal ! Zou ! (6 mai.)

J’appris, en descendant du chemin de fer, pourquoi j’avais été rappelé. Emile Durier, jugé d’étoile trop mince et de sonorité oratoire insuffisante, on lui avait substitué Bancel, réputé maître en cet art. Il était mon aîné de peu d’années, et j’avais vécu plus d’un mois amicalement avec lui à Lyon, où nous défendions, sous la direction de Michel de Bourges, les accusés d’un complot du Midi. Il était alors député du département de la Drôme, et avait donné de brillantes preuves d’éloquence. Exilé en Belgique, il avait accru sa renommée par le succès de conférences philosophiques et littéraires. Tout en ayant fait quelques voyages en France, après l’amnistie, il maintenait à Bruxelles le siège de son activité. Dans ces voyages, il visitait Emile de Girardin, preuve qu’il n’était pas alors animé des passions au service desquelles il venait maintenant s’enrôler. En lui, il y avait du Berryer. Sa voix, un peu voilée, était forte, pleine, pénétrante ; son attitude imposante ; il avait de l’imagination, des élans d’un souffle puissant. Son défaut était le penchant à la déclamation théâtrale, et l’inaptitude à la dialectique. Dans une conférence littéraire sur Corneille ou Molière, il était superbe ; comme les prédicateurs apprennent leurs sermons et les répètent, il savait ces Conférences par cœur, et donnait la même plusieurs fois. Il eût été incapable de traiter avec méthode une affaire, et encore plus de soutenir une discussion serrée. L’amour du plaisir le détournait des études sérieuses ; il vivait sur un fond de généralités mal digérées. D’ailleurs, nullement méchant et incapable de haine, si ce n’est oratoirement. A son arrivée à Paris, il fit quelques conférences qui exaltèrent les Tirard et autres juges de même force ; on vit en lui,