Page:Revue des Deux Mondes - 1906 - tome 33.djvu/552

Cette page n’a pas encore été corrigée


II

Certaines conditions de la vie humaine sont si générales et si uniformes qu’elles doivent être pleinement réalisées et n’admettent de solutions ni incomplètes ni intermittentes : ainsi les hommes, où qu’ils vivent et quel que soit leur mode d’existence, ont d’abord besoin d’air respirable ; pareillement, en vertu de la pesanteur, ils ont besoin d’un point d’appui matériel et solide, que ce point d’appui soit la terre ferme ou qu’il soit par exception le pont d’un navire ou la nacelle d’un ballon. — Ce sont là des conditions qui interviennent dès l’origine et d’une manière souveraine pour réduire précisément le champ général de la terre habitée à cette zone de contact où se joignent et se touchent la surface solide et l’atmosphère.

Mais il est d’autres conditions matérielles indispensables à la vie humaine qui sur les différens points de la terre sont susceptibles de solutions indéfiniment variées ; les rappeler, c’est indiquer quelles sont les causes et quels sont les modes principaux de ces relations incessantes que les hommes sont obligés d’établir entre eux-mêmes et la nature environnante. A mesure que les exigences humaines sont moins grossières et plus complexes, nous verrons que s’offrent à notre examen des groupes de phénomènes géographiques de plus en plus compliqués, et aussi, disons le mot, de plus en plus confus. Si nous parcourons d’abord, en commençant par les faits les plus élémentaires et les plus humbles, tout l’ensemble de ce domaine touffu et hétérogène, nous devrons tenter, ensuite et en dernière analyse, de déterminer de la manière la plus rigoureuse quels sont les faits positifs essentiels que la géographie humaine nous requiert d’observer les premiers, et auxquels il conviendra de toujours réserver la place primordiale.

L’homme a incessamment besoin de se nourrir ; plusieurs fois par jour il doit renouveler les forces de son organisme en mangeant et en buvant. — C’est dans les « pays de la soif, » dans les contrées pauvres en eau, que l’on éprouve et que l’on comprend l’impérieuse subordination des hommes à l’eau ; dans le Sahara comme