Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1905 - tome 26.djvu/940

Cette page n’a pas encore été corrigée


en pantalon rouge, tu te redresseras sur ta selle, l’air provocant et toute ta personne frémira du désir de combattre. Ce sera comme si tu voulais sur le champ fondre sur le terrible ennemi pour l’attaque, escadrons en avant. — LAUFFEN, entraîné. Parbleu ! c’est bien là l’unique but de l’affaire… »

Et toute la nation vibre d’accord avec son armée ; et les femmes ne pensent pas autrement que les hommes ; c’est une jeune fille qui fait cette déclaration de principes : « Vois-tu, depuis que je suis en âge de comprendre, nous vivons ici, à trois heures de marche de la frontière. Les uhlans de Magdebourg seront les premiers à marcher, si jamais ça éclate. Pour le moment, tout est à la paix, bien sûr ! Mais je voudrais que tu aies été ici une fois, quand il y a des menaces de guerre, tu ne voudrais plus jamais vivre ailleurs. Car il y a dans l’air un je ne sais quoi ; c’est comme si on avait quelque part creusé un trou de mine et que la mèche y brûlât déjà. Je me souviens d’une fois : pendant près d’une semaine, les selles sont restées accrochées dans les écuries avec le paquetage de campagne : la nuit les chefs d’escouade recevaient les cartouches à balle pour leurs hommes et, en haut, dans le grenier, on avait déposé la dynamite, toute prête à être emportée, jusqu’à ce que… brusquement, tout a été fini. Ah ! vois-tu, Joachim, ça, c’était beau, ça c’était vivre 1 — LAUFFEN. Oui tu parles d’autrefois. Mais sais-tu bien qu’à la dernière alerte, nous étions prêts à partir en quarante-sept minutes !… » Voilà une mobilisation qui ne laisse rien à désirer.

Tel est l’avertissement qui nous arrive de là-bas à l’instant où l’on s’efforce chez nous d’énerver la vertu militaire. Beaucoup l’ont compris et de là vient l’impression profonde causée par cette vision soudaine apparue au milieu de nos discussions dissolvantes. C’est ainsi que jadis l’historien latin, souffrant de voir se répandre parmi ses concitoyens les conseils de la mollesse et les tentations de l’égoïsme, leur présentait l’image d’une Germanie repliée sur elle-même et poursuivant son rêve de guerre.


RENE DOUMIC.