Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1905 - tome 26.djvu/896

Cette page n’a pas encore été corrigée


deux camps, dont l’un applaudissait et l’autre conspuait Palissot. Parmi les rares personnes qui gardèrent la neutralité, on peut citer la marquise du Deffand. Du moins, — pour être plus exact, — se borna-t-elle à rire de ces têtes échauffées, distribuant ses railleries tantôt aux Encyclopédistes et tantôts aux « dévots, » et tenant entre eux la balance avec une parfaite équité. C’en fut assez pour irriter la bile de d’Alembert ; il écrivit au seigneur de Ferney pour lui dénoncer la marquise, en termes dont la grossièreté fait peu d’honneur à une âme philosophe : « Les protecteurs femelles déclarés de cette pièce sont Mmes de Villeroy, de Robecq et du Deffand, votre amie, et ci-devant la mienne. Ainsi la pièce a pour elle des… en fonctions et des… honoraires. »

Le coup était perfide ; il n’allait à rien moins qu’à brouiller Mme du Deffand avec son plus ancien et plus illustre ami. Voltaire pourtant fit, pour une fois, preuve de douceur et de modération : « Mme de Robecq, écrit-il à la marquise, a eu le malheur de protéger cette pièce et de la faire jouer. On ma mandé que vous vous étiez jointe à elle ; cette nouvelle m’a fort affligé. Si vous êtes coupable, avouez-le-moi, et je vous donnerai l’absolution. » Calme et digne également fut la réponse de Mme du Deffand : « On vous a donc dit bien du mal de moi ? Je passe donc dans votre esprit pour l’admiratrice des Fréron et des Palissot et pour l’ennemie déclarée des Encyclopédistes ? Je ne mérite ni cet excès d’honneur, ni cette indignité… Apprenez que je ne me suis point jointe à Mme de Robecq ; j’ai fort blâmé sa vengeance et le choix de ses vengeurs. » La dernière partie de sa lettre démontre qu’elle savait d’où partait la dénonciation ; il est facile de lire entre les lignes la tristesse mêlée de dédain qu’elle ressent de cette trahison : « S’il faut crier tolle contre les ennemis des philosophes, j’avoue que je n’ai point pris ce parti ; il n’y a que l’amitié qui puisse engager dans ces sortes de querelles. Il y a quelques années, j’en conviens, l’amitié m’aurait peut-être fait faire beaucoup d’imprudences ; mais, pour aujourd’hui, je verrais avec indifférence la guerre des Dieux et des Géans ; à plus forte raison celle des rats et des grenouilles [1]. »

Elle fut dans sa conduite aussi sage que dans ses propos. Sans querelle ni reproche, elle s’expliqua franchement avec d’Alembert ; de plus ou moins bon cœur, on se réconcilia :

  1. 23 juillet 1760.