Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1905 - tome 26.djvu/837

Cette page n’a pas encore été corrigée


ironiquement ; mais la plupart et toutes les femmes écoutaient gravement, et plusieurs semblaient édifiés.

J’approuve ces sortes de scènes : 1° they give vent to some strong passions and thoughts [1]qui, faute de ce débouché, se tourneraient en folie chez le prédicateur, et peut-être en sédition chez les gens qui partagent ces croyances ; 2° elles sont morales, et doivent faire un bon effet sur quelques consciences. — Le grand mal du socialisme actuel, c’est qu’il n’a pas pour fond, comme le puritanisme, ou même le catholicisme de la Ligue, un principe moral, l’idée d’une réforme intérieure et personnelle de la volonté et du cœur. — Il n’est qu’un système et une ligue à l’usage des appétits, de l’envie et de toutes les passions destructives.

Autre institution utile : Sur la porte de la Poste est un grand imprimé offrant gratuitement tant de terre en Australie à chaque émigrant sujet de la Reine, passage réduit pour les hommes, gratuit pour les femmes. C’est là que les Rossel devraient aller.

Depuis ma lettre d’hier, je n’ai vu personne ; j’ai fait une promenade d’une heure dans High street et derrière les murs de Magdalen collège. Cela est bien beau, bien calme, bien antique On dirait un décor vrai. Qu’ils sont heureux et que nous sommes malheureux ! — Personne ici ne voit d’issue pour nous. Un journal nous souhaite un grand homme, dictateur militaire. Chez M. Smith, on nous souhaite le maintien de la République, d’autres comptent sur la fusion. Si le Duc de Bordeaux avait le cœur d’abdiquer ou la bonne chance de mourir, nous aurions une espérance. — La République après de tels événemens ne sera qu’un provisoire chez nous.


A Madame H. Taine.

Oxford, 30 mai.

Je viens de lire un nouveau journal anglais, on dit que les incendies n’ont guère dépassé les endroits où ils ont été allumés ; j’ai donc espérance pour nos maisons. Il paraît qu’il y avait un bataillon d’Allemands socialistes parmi les insurgés.

  1. Elles donnent une issue à de fortes passions ou pensées.