Page:Revue des Deux Mondes - 1905 - tome 26.djvu/827

Cette page n’a pas encore été corrigée


l’Internationale ; on recevait tant par an, j’ai voulu savoir l’emploi de cet argent ; en réponse, on m’a rossé ; depuis ce temps, je n’en suis plus. » Rires universels, le président sifflé a dû lever la séance. — Cependant, pour l’Angleterre, Clark a des craintes ; si les troubles se prolongeaient en France, les Trades Unions pourraient être tentés de faire un mauvais coup.

Ici, liberté admirable, protégée par la loi ; mais le calme des nerfs sert de compensation. Par exemple, la liberté de l’individu est protégée d’une façon très sévère. Dernièrement, un maître volé fait mettre en prison son domestique. Le lendemain matin, l’objet se retrouve ; il va faire remettre le domestique en liberté. Celui-ci demande en dédommagement deux cents livres sterling. Consulté par le maître, le juge répond : « Vous ferez prudemment de payer, » et il paie. Mandat d’arrêt contre un coquin nommé John B… ; le policeman, mal renseigné par son chef, va chez un autre individu du même nom, mais d’un autre prénom, André B…, l’arrête et le retient deux heures. Relâché avec excuses, il actionne le chef détective et reçoit quatre cents livres sterling de dédommagement. Meeting en faveur de la République sociale ; les orateurs disaient que la reine est une femme usée, un vieux rouage social rouillé, qu’il faut mettre la magistrature suprême en élection. Les policemen faisaient cercle et empêchaient qu’on ne troublât les orateurs.

Deux principes inconnus en France, admis universellement et appliqués fidèlement dans tous les pays libres : 1° Quand la majorité a prononcé, se soumettre franchement, sérieusement, ne pas garder l’arrière-pensée de la violenter par un coup d’Etat. 2° Permettre h la minorité de dire et imprimer tout ce qui lui convient. Voilà les droits de la majorité et de la minorité ; ni l’un ni l’autre ne sont respectés en France.

Tous espèrent fermement qu’aussitôt l’ordre établi, le travail et la prospérité recommenceront chez nous, et qu’il suffira de quelques années pour réparer les désastres. — Mais aucun d’eux ne voit un avenir stable, raffermissement d’une forme politique. Provisoirement, la République prolongée paraît la moins impossible, quoique par tempérament, éducation et sentimens réciproques des classes, la République soit moins possible en France qu’ailleurs.

Je compte toujours partir mercredi matin pour Oxford ; on me dit que le français est généralement entendu, et notre