Page:Revue des Deux Mondes - 1905 - tome 26.djvu/501

Cette page n’a pas encore été corrigée


Mais en même temps il avait l’œil ouvert sur toutes ses démarches. Comme il avait la chance d’être en très bons rapports avec P. Sextius, le questeur d’Antoine, il s’en servit fort adroitement pour diriger son collègue, et au besoin pour le surveiller. Ce n’en était pas moins une grande gêne d’avoir auprès de soi, dans les mêmes conseils, quelqu’un devant lequel on n’ose pas parler librement, dont on sait qu’il vous trahit, et qu’en cas de lutte indécise, il se mettra sans doute de l’autre côté et autorisera par sa présence les projets de l’ennemi. Rien ne montre mieux tout ce qu’avait Cicéron de souplesse et d’habileté que de voir comment il a su éviter les périls de ce voisinage incommode. Il est vrai qu’il y fut aidé par la parfaite incapacité de son collègue, qui égalait sa profonde scélératesse. Il parvint si bien à l’annihiler, pendant tout son consulat, qu’on a pu dire, comme pour César, que, cette année-là, il n’y eut qu’un consul.


IV

Ce n’était pas, malheureusement pour Cicéron, la seule raison qu’il eût d’être inquiet. Il dut en découvrir ou en soupçonner bien d’autres, pendant ces cinq mois de recueillement, où, consul désigné, et participant aux affaires publiques, sans en avoir encore la responsabilité, il était bien placé pour étudier les événemens et observer les hommes. Ce qui l’alarma le plus, dans la situation troublée de la république, ce ne furent pas les menées ouvertes des partis et cette écume de surface contre lesquelles on peut se défendre, parce qu’on les a sous les yeux ; c’était plutôt ce qui cherchait à se cacher, mais ce qu’avec un peu de perspicacité, on pouvait surprendre. Il y a, disait-il, des gens bien plus redoutables que Rullus, et que tous ces agitateurs bruyans et vulgaires derrière lesquels ils se dérobent. Ces gens, il les désigne clairement quand il ajoute que ce sont des ambitieux, qui nourrissent des espérances illimitées et convoitent des pouvoirs extraordinaires. Ce n’est pas de Catilina qu’il veut parler, comme on l’a cru. Au lendemain de l’élection où il venait d’échouer, on pouvait le croire abattu ; et de fait, il n’est question de lui nulle part en ce moment. Les hommes politiques auxquels il fait allusion, dont il n’a pas besoin de prononcer le nom pour qu’on les reconnaisse, qui se tiennent aux aguets, prêts à profiter des occasions, ce sont plutôt ceux qui viennent de porter