Page:Revue des Deux Mondes - 1905 - tome 26.djvu/330

Cette page n’a pas encore été corrigée


consciemment, (comme je fais actuellement), tous mes centres psychiques interviennent dans la décision et l’exécution de l’acte. Mais si je copie une page qui ne m’intéresse pas et en pensant à autre chose, si même je lis tout haut en dictant sans y faire attention, mes centres polygonaux (psychiques inférieurs) sont seuls occupés à l’acte, et je peux en même temps, avec mon O, associer des idées, réfléchir, composer même.

Il y a donc un langage automatique dans lequel n’interviennent que les centres psychiques inférieurs et un langage volontaire et réfléchi qui nécessite l’intervention des centres supérieurs.

Quand un sujet a l’esprit (supérieur) très occupé à une chose, vous pouvez parfois lui poser une question à laquelle il répondra automatiquement, sans y faire attention, sans en avoir conscience, sans interrompre ses méditations ; et, quoiqu’il ait répondu à la question, il semble qu’il ne l’ait pas entendue et ne garde aucun souvenir ni de la demande, ni de la réponse.

De même il y a une écriture automatique qui, chez les sujets très disposés, devient un bon moyen de faire causer les médiums, et semble dans certains cas un moyen de correspondance des esprits évoqués.

Quand Hélène Smith, le médium si bien étudié par Flournoy, fait apparaître Victor Hugo réincarné, celui-ci lui fait des vers ; seulement c’est le psychisme inférieur d’Hélène Smith qui est seul en cause, et il fait des vers de mirliton :

L’amour, divine essence, insondable mystère,
Ne le repousse point, c’est le ciel sur la terre.
L’amour, la charité seront ta vie entière ;
Jouis et fais jouir, mais n’en sois jamais fière.

Voilà du langage automatique ou polygonal : tout se passe dans les centres psychiques inférieurs désagrégés de leur centre O.

A côté de ce langage automatique, il y a le langage volontaire, conscient et réfléchi, dans lequel tous les centres psychiques interviennent, centre O compris.

Les exemples, déjà nombreux, que j’ai cités pour bien montrer l’activité propre du psychisme inférieur ne sont encore pas les seuls. Il y a dans la vie normale bien des actes dans lesquels la désagrégation n’est pas complète entre les deux psychismes, dans