Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1905 - tome 26.djvu/328

Cette page n’a pas encore été corrigée


ni fluide, ni divination, ni vraie lecture de pensée. Il n’y a que des centres psychiques inférieurs qui agissent à l’insu de leurs centres supérieurs de contrôle et, par suite, ne donnent jamais que des renseignemens déjà connus par eux, sans originalité, ni nouveauté prophétique.

Quand on fait des recherches de ce genre, on s’aperçoit rapidement que les expériences ne réussissent pas également avec tout le monde. Il y a des personnes avec lesquelles rien ne réussit, et, inversement, il y a des personnes qui ne peuvent pas mettre leurs doigts sur une assiette sans qu’elle tourne, à leur grand effroi d’ailleurs.

Ces sujets chez lesquels l’activité du psychisme inférieur émancipé se manifeste ainsi plus facilement sont des médiums, Les médiums sont des sujets dont les centres psychiques inférieurs sont plus actifs ou du moins se désagrègent plus facilement de leurs centres supérieurs et surtout font plus rapidement passer leur pensée dans les doigts, extériorisent plus vite leur pensée. Leur psychisme inférieur est plus expansif, il gesticule plus facilement, il est plus méridional.

De plus, le psychisme inférieur du médium a beaucoup d’imagination, et alors les expériences se compliquent et se perfectionnent. Les vrais médiums dédaignent la table ; ils écrivent avec un crayon (écriture automatique) ou parlent directement et causent.

Le médium n’est pas constamment dans cet état de désagrégation de ses centres psychiques et d’isolement de son psychisme inférieur qui fait réussir les expériences. Quand il veut donner une séance, il faut qu’il se mette dans un état particulier, que l’on appelle transe. Quand le médium est en transe, il dédouble sa personnalité, supprime momentanément l’action de son psychisme supérieur et ne vit plus, au moins en apparence, que par son psychisme inférieur.

C’est dans cet état qu’éclatent le plus brillamment l’activité propre et l’imagination du psychisme inférieur émancipé.

Les actes intellectuels ou psychiques se divisent donc en deux groupes différens : les actes psychiques supérieurs, volontaires et consciens, et les actes psychiques inférieurs, automatiques et inconsciens.