Page:Revue des Deux Mondes - 1905 - tome 26.djvu/139

Cette page n’a pas encore été corrigée


peu mystique Flaubert lui en a rendu le témoignage [1], et il a ouvert à cet égard une voie extrêmement féconde, et où peut-être ne l’a-t-on pas encore assez suivi. Il faut le louer sans réserves d’avoir ainsi renouvelé l’histoire religieuse en y introduisant la psychologie, et cela d’autant plus qu’il n’avait guère eu de modèles. Seul peut-être, Bossuet dans ses Variations, s’était avisé déjà du parti qu’on pouvait tirer de la psychologie pour écrire et pour vivifier l’histoire. Mais, chez Bossuet, la psychologie religieuse n’intervient qu’assez rarement ; elle est subordonnée à l’exposé et à la discussion des doctrines. Chez Sainte-Beuve, elle est traitée en elle-même et pour elle-même ; et l’on ne saurait assez dire tout ce que son livre y a gagné en intérêt, en profondeur et, pour dire le mot, en humanité.

« Je m’occupe en ce moment, écrivait Sainte-Beuve en 1835 à l’abbé Barbe, d’une histoire littéraire de Port-Royal et des solitaires qui s’y rattachent ; c’est une belle page de l’histoire littéraire du XVIIe siècle, la plus belle peut-être, en y faisant rentrer Racine, Despréaux même, Mme de Sévigné un peu, et en parlant par occasion de Bossuet et de Fénelon, qui eurent des rapports, de contradiction, il est vrai, avec le jansénisme. » Cette façon, presque exclusivement littéraire et critique, de concevoir son sujet, si elle s’est, en fait, conciliée avec une conception moins détachée et plus « humaine, » n’a pourtant jamais cessé d’être présente à l’esprit de Sainte-Beuve, et son livre est bien, en même temps qu’une histoire religieuse, une histoire littéraire de Port-Royal et du XVIIe siècle tout entier. A ce point de vue, sa critique marque sur les œuvres précédentes un intéressant progrès. Tout d’abord, il semble qu’il y ait dans sa méthode fort peu de chose de changé. Il est toujours préoccupé de comprendre et d’expliquer, et, pour arriver à ses fins, il a recours comme auparavant aux « biographies psychologiques. » Il pousse même si loin les procédés que Taine reprendra bientôt, que déjà il rencontre les formules mêmes dont Taine va faire la fortune, « familles naturelles d’esprits, » « faculté première. » Mais il

  1. « Une dernière question, ô maître, une question inconvenante : Pourquoi trouvez-vous Schahabarim presque comique et vos bonshommes de Port-Royal si sérieux ?… Je regarde des barbares tatoués comme étant moins anti-humains, moins spéciaux, moins cocasses, moins rares que des gens vivant en commun et, qui s’appellent jusqu’à la mort Monsieur ! — Et c’est précisément parce qu’ils sont très loin de moi que j’admire votre talent à me les faire comprendre. » (Flaubert, Lettre à Sainte-Beuve à propos de Salammbô, Nouveaux Lundis, t. IV, p. 435.)