Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1905 - tome 26.djvu/105

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nade : « Vous aurez cinquante wagons de blé, quarante de maïs : je vous prends votre blé, à raison de mille francs le wagon, votre maïs à raison de huit cents francs. » Et il lui tendit le contrat. — J’en aurai davantage, répondit la dame. — Soit, repartit le Juif, je vous donnerai quinze cents francs de tout wagon supplémentaire. » Et il signa. Elle eut exactement les quarante wagons de maïs et les cinquante de blé que notre homme avait calculés du haut de sa voiture.

Cependant nous continuions notre marche, et parfois mon hôte interrogeait les paysans et les paysannes que nous rencontrions au seuil de leur chaumière et dans leur petit champ. — Eh ! l’ami, combien vendras-tu ton orge ? — Ce que le Juif m’en offrira. — Mais t’es-tu informé des prix en cours ? » Le paysan haussait les épaules : — « Je n’ai pas le temps. » Une paysanne, le fichu noué autour de la tête, coupait ses maïs : « Es-tu contente de ta récolte ? — Non, nous avons payé l’hectare trop cher, et notre maïs nous reviendra au même prix que si nous l’achetions au marché. — Qui t’a loué cet hectare ? — Le Juif.

Nous arrivâmes au bourg de Darabani, un de ces grands radeaux de misère pouilleuse qui dorment sur l’océan des moissons roumaines à l’ancre du Talmud. Les maisons pressées sur le bord de la route semblaient trop étroites pour contenir leur population. Sous les auvens, au milieu du chemin, le long des fossés, partout, la vie débordait. De jolies filles s’entassaient aux fenêtres ; des vieilles femmes au nez crochu tricotaient dans la poussière. Des patriarches, appuyés sur leur grosse canne, balayaient des pans de leurs lévites la marmaille qui grouillait à leurs pieds. Un boulanger, les deux mains à fond dans les poches, la bedaine en avant, remplissait l’embrasure de sa porte d’une face aussi rayonnante qu’un soleil. La plus belle maison du bourg, vis-à-vis de la principale synagogue, était une auberge. L’aubergiste, un Juif naturalisé, fendit la foule et vint serrer la main de l’ancien ministre avec une complaisance marquée ; puis il nous invita à entrer chez lui. J’observais ses airs d’importance, et les regards de parvenu qu’il promenait sur ses coreligionnaires. « Vous voyez, disaient ces regards, moi, je serre la main de ces gens-là : je suis leur camarade. » Les autres le contemplaient d’un œil d’envie, et manifestaient en nous considérant la même vague appréhension qu’ils eussent fait d’une descente de police.