Page:Revue des Deux Mondes - 1900 - tome 158.djvu/593

Cette page n’a pas encore été corrigée


point à la valeur des moyens selon la morale commune, qu’il ne se fit point de leur légitimité un cas de conscience privée, mais de leur efficacité un cas de conscience d’État, qu’il les jugea bons à ce signe que le bien de l’État était au bout, et mauvais s’ils ne pouvaient réussir lorsque le bien de l’État exigeait le succès ; puisqu’il y eut en Bismarck deux Bismarck qui constamment ou s’ignorèrent ou se combattirent, que jamais personne ne ressembla moins à Othon de Bismarck que le prince de Bismarck, et que jamais rien ne différa davantage de sa vie intérieure que sa vie extérieure, de sa vie privée que sa vie politique. Ce sont ces deux hommes, l’homme d’État et l’homme de famille, le premier et le second Bismarck, dont nous voudrions rassembler comme en raccourci les principaux traits. Et d’abord l’homme d’État, le Bismarck historique.


I

Rarement homme d’État fonda sa politique sur un pessimisme à la fois plus amer et plus tranquille, eut à ce degré le mépris de l’homme et de l’humanité, estima plus bas la personne humaine et la vie humaine, vit souffrir d’un œil aussi sec et fit mourir d’un cœur moins troublé. On n’en citerait guère qui aient cru autant que lui en la vertu de la force, qui aient eu la menace plus prompte et l’exécution plus sûre, qui aient affiché et déployé, en effet, plus de dureté froide, étalé aussi placidement une aussi intrépide audace ; qui aient été possédés de soupçons plus jaloux et de plus tenaces rancunes ; qui aient joui autant et pu moins se passer de la certitude quotidienne, à chaque instant du jour renouvelée, de leur durable toute-puissance ; et, vers la fin, est-il premier ministre tombé qui se soit moins consolé et vengé plus petitement d’une grande chute ?

Quel homme politique mit plus de coquetterie dédaigneuse et, si on l’osait dire, de « snobisme » prussien et poméranien à plaisanter ce qu’il appelait les « superstitions politiques ? » Qui respecta moins sincèrement moins de choses ? qui fit parade d’un esprit plus positif, plus pénétré d’un sens pratique plus exclusif, plus tendu à l’unique poursuite de l’utile, y ramenant tout à toute heure comme en toute affaire, et se forgeant là-dessus, à son usage, une conception assurément très pratique, très utilitaire et très positive, une conception d’État de ses devoirs et de