Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1900 - tome 158.djvu/42

Cette page n’a pas encore été corrigée


La guerre de l’Afrique australe et le droit des gens


Je cherche, de la façon la plus impartiale, à jeter quelque lumière sur diverses questions internationales que soulèvent les péripéties de la guerre engagée dans l’Afrique australe. J’aborde l’examen de ces questions sans parti pris et sans préjugé. Le lecteur éprouvera donc une déception s’il attend une œuvre de polémique. Mon seul désir est qu’il ne soit pas déçu s’il cherche dans cette étude la solution réfléchie d’assez nombreux problèmes juridiques, confinant en général à la politique, incomplètement traités (on le comprend aisément) par la presse quotidienne, qui divisent et passionnent depuis quelques mois l’opinion publique dans tout le monde civilisé.


I. — LES BOERS RECONNUS COMME BELLIGÉRANS PAR LES ANGLAIS. — CONSÉQUENCES INTERNATIONALES DE CETTE RECONNAISSANCE

Dans une première phase de la guerre sud-africaine, le gouvernement de Sa Majesté britannique avait informé les puissances que le conflit suscité dans l’Afrique australe par l’entêtement des Boers était une affaire d’ordre purement domestique. Des vassaux s’étaient révoltés contre leur suzerain légitime. Cela regardait le suzerain et ne regardait que lui. Le 18 octobre, à la Chambre