Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1900 - tome 158.djvu/300

Cette page n’a pas encore été corrigée


commencées en 1897, les négociations relatives à la boucle du Niger, mais prolongées par la perspective d’incessantes crises intérieures qui laissaient peu d’autorité au gouvernement français pour faire valoir ses droits, et terminées seulement le 14 juin 1898.

Convenait-il de mêler tous ces problèmes, d’y ajouter l’Egypte, et de tenter une vaste liquidation ? C’est une détestable méthode diplomatique que de ne point isoler les questions les unes des autres, et de s’exposer, pour une mince satisfaction obtenue sur un point, à ce qu’on vous arrache à l’autre bout du monde une compensation supérieure ; détestable surtout avec les Anglais, qui sont d’avisés commerçans et dont, dans les marchés d’ensemble, le flegme hautain et la stabilité de vues ont trop facilement raison de notre impressionnabilité. On résolut donc de scinder, de sérier les négociations ; le procédé réussit partout, puisque partout on sut acquérir l’essentiel. Il n’avait qu’un inconvénient, et ce fut le Nil qui en pâtit : les pourparlers au sujet du Niger, où, — l’on ne s’en souvient guère, mais cela est vrai pourtant, — l’Angleterre fit à peu près autant de bruit et de menaces que pour Fachoda, ces pourparlers durèrent tout un semestre ; quand ils furent conclus, il était trop tard pour parler de l’Egypte et du Nil. Trop tard pour qui ? Pour la France non pas ; mais pour le cabinet Méline, qui, dès le lendemain, était amené à quitter ta direction des affaires publiques.

« L’occasion, dit un proverbe arabe, est une femme chauve. » L’occasion s’est-elle, en effet, présentée dans le court intervalle qui sépara la retraite du cabinet Méline de l’arrivée à Fachoda ? On le saura tôt ou tard. Toujours est-il qu’avant le 14 juin, la France ne pouvait parler officiellement du Nil sans compromettre ses intérêts les plus immédiats en d’autres contrées, et ce n’est pas le moindre accident survenu à cette belle entreprise de la mission Marchand, si soigneusement conçue dans son but, si minutieusement prévue dans ses moyens, si rigoureusement exécutée dans ses délais, qu’un retard inopiné, survenu dans une négociation qui lui était étrangère, l’ait, par contre-coup, frappée de stérilité.


ANDRE LEBON.