Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1900 - tome 158.djvu/24

Cette page n’a pas encore été corrigée


20 REVUE DES DEUX MONDES.

nière » est fraîche comme une églantine sous son chapeau de paille fleuri de chèvrefeuille. Ses yeux pers ont des lueurs d’aigue-marine ; ses cheveux châtains moutonnent autour de son front blanc et lisse. Son corsage de soie bleu turquoise et sa jupe de serge bleu marine modèlent à seuhait son corps souple. A l’aspect des deux couples fortement avariés par la traversée, en contemplant les robes trempées et boueuses de ses sœurs, leurs traits pâlis, leurs têtes déchevelées par le vent et l’embrun, elle ne peut retenir un cri de surprise ; un rire malicieux retrousse le coin de sa bouche :

— Eh quoi ! c’est vous ? s’exclame-t-elle , mes complimens, vous êtes dans un bel état !

Tanguy Le Dantec salue froidement, et garde le bras de Paulette sous le sien. Rivoalen, après avoir comparé la fraîche tournure de la jeune fille avec les piteuses toilettes et les figures blafardes des sœurs aînées, se sent ridicule et éprouve un sentiment de confusion. Quant à Tonia, elle s’efforce de ramener sur ses lèvres son plus suave sourire, et elle répond :

— Nous sommes venus par mer et nous avons quasi fait naufrage. .. N’importe, nous nous sommes joliment amusés.

— Ça se voit de reste ! repart ironiquement Paulette.

— Est-ce que papa et maman sont ici ? demande à son tour Lucile.

— Non, mademoiselle, dit gravement le commandant, M. et M me Pontal sont mal remis de l’alerte que vous leur avez causée... Ils n’ont pas quitté Morgat, et je dois vous avouer qu’ils sont fort irrités. Votre escapade a mis tout l’hôtel en émoi.

— Oui, vous serez bien reçues au retour ! ajoute Paulette en riant.

— C’est bon, nous n’aurons pas de peine à nous justifier, riposte impérieusement JVP e Desjoberts ; dans tous les cas, je vois que leur mauvaise humeur ne t’a pas empêchée de te donner de l’air.

— Je t’avais prévenue que je chercherais un moyen d’assister au Pardon ; je l’ai trouvé... Le commandant a eu la bonté de m’emmener avec lui.

— Parfait !... N’est-ce pas, monsieur Rivoalen ? il faut que les enfans s’amusent !... Ah çà ! nous mourons de faim... Est-ce qu’il n’y a pas moyen de déjeuner ici ?

— Si fait, madame, l’hôtel a envoyé un déjeuner froid. **