Page:Revue des Deux Mondes - 1900 - tome 158.djvu/12

Cette page n’a pas encore été corrigée


lil.VI B DES l»EL’X MONDES.

r«Mir> (oimnencèrent à battre l’eau blanche d’écume et doucement le vapeur prit le large. A travers un reste de brume, le ciel d’août Mollissait de plus en plus. A cette heure matinale, la baie était toute laiteuse et d’une adorable fraîcheur. A l’Est, la montagne en dos de chameau du Méné-Hom revêtait de claires teintes violettes ; l«s côtes, lavées par une petite pluie tombée pendant la nuit, accuut déjà les reliefs veloutés de leurs pointes. Il y avait peu de passagers à bord, et les deux couples pouvaient jouir à l’aise du eharme de la traversée.

Encore tout ébaubie de la facilité avec laquelle s’était opérée Mlle première tentative d’école buissonnière, Lucile ruminait silencieusement le bonheur d’être libre et de courir les champs en compagnie du peintre, dont la notoriété et la juvénile beauté liaient en elle une curiosité affriolante. Cette fugue vers des pays inconnus ressemblait à un enlèvement, et, en rêvant aux suites possibles de son audacieuse escapade, Lucile éprouvait un émoi délicieux. Elle coula sournoisement un regard vers Jacques, qui suivait d’un œil amusé les culbutes des marsouins dans le sillage du bateau, et qui, devinant cette œillade furtivement caressante, releva la tête.

— Eh bien ! interrogea-t-il , êtes-vous satisfaite d’avoir réalisé votre désir ?

— Je suis contente ! murmura-t-elle, nous avons une longue, gne journée devant nous, et je jubile en songeant à toutes les choses nouvelles que vous devez nous montrer... Aller au hasard sans savoir où, se laisser guider aveuglément sans avoir ni le souci ni la responsabilité du voyage, c’est pour moi le comble de la béatitude... Et puis le retour en pleine baie, dans la nuit, ce exquis !

parlez pas déjà du retour, soupira Jacques en posant

  • main m le bras de la jeune fille, c’est trop attristant... Je

voudrais, moi, que cette journée ne finît point. ( m I elle recommencera le lendemain, puisque nous repartirons dès L’aube pour Sainte-Anne.

— N’importe !... Abandonnons-nous au hasard et jouissons du présent... Je savoure tellement mon bonheur en égoïste que je

u,, 1 1 rolontiersun incident qui nous empêchât de prendre
!«• dernier bateau... 

Ne dites pas çs ! s ’écria Lucile avec un énigmatique sourire ; ce serait, pour le coup, carrément incorrect... Voyez-vous la