Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 143.djvu/755

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
749
LE DÉSASTRE.

major général se fût écoulé. Du Breuil baissa les yeux. Jubault, cependant, murmurait :

— Bien la peine de se faire casser la tête !

III

Pendant trois jours, au lendemain de Noisseville, des corvées avaient enterré les morts, enfoui sous la chaux les cadavres de chevaux, recouvert les fumiers de toute sorte avec la terre des canaux creusés pour l’écoulement des pluies. La campagne de Metz étalait son amas de ruines, son désert de cultures ; la Moselle limoneuse coulait dans les fossés, pour la défense des bastions ; la Seille paraissait large comme un petit bras de mer. On ne voyait que la terre nue, l’eau que troublaient, à l’heure de l’abreuvoir, des troupes de chevaux maigres, le ciel nu charriant ses nuages de pluie. En ville, dans les ambulances et les hôpitaux déjà combles, s’entassaient les 3500 blessés du dernier combat. Des bâtimens publics comme des maisons particulières, s’exhalait l’odeur perpétuelle de la mort. Partout des lits, des brancards, de la paille, et jonchant ces grabats de misère, de pauvres formes immobiles ou gesticulantes, des visages creux et jaunes, des regards aigus, farouches, hébétés. Les râles d’agonie s’élevaient près des comas avant-coureurs du grand sommeil. Le cri déchirant des amputés sous le couteau sortait des murs ; des souffles putrides faisaient songer aux chairs dévorées de gangrène.

Infirmiers et sœurs de charité avaient un air d’insomnie hagarde ; les médecins éreintés étaient tristes, comme rassasiés de boucherie. Sous les grandes tentes de l’Esplanade, dans les wagons de la place Royale, des malheureux souffraient, parqués par centaines. Les femmes de Metz venaient à toute heure se pencher à leurs chevets. Les pâles mains veinées de bleu, comme les doigts rouges piqués d’aiguilles, tamponnaient avec de la charpie, roulaient, serraient des bandes. Rien qui rebutât leur caresse agile. À ces cœurs charitables, nulle plaie, nulle douleur n’étaient indifférentes. Elles avaient pour tous un dévouement consolateur, une intarissable pitié. Et Du Breuil éprouvait une détresse sans nom, un écœurement à vomir, on ne sait quelle lâche envie de suspendre son sabre à un clou, et, fermant les rideaux, de se vautrer sur son lit, la tête enfouie dans l’oreiller, pour dormir comme une brute, ne plus penser, cesser d’être.