Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 143.djvu/539

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
533
LE DÉSASTRE.

fois des régimens à demi groupés, sans ordres, ne sachant s’ils devaient avancer, bivouaquer, reculer. Contre un bois, il reconnut, à la lueur confuse de la lune, les grenadiers, puis les zouaves de la Garde. Ah ! ces masses rouges et bleues, alignées à son premier passage… L’ironie de ces troupes d’élite immobiles, n’attendant qu’un signe, tandis qu’à trois kilomètres de là, le 6e corps écrasé pliait, entraînant le 4e.

Un chemin creux, des pas de chevaux, un roulement de pièces et de caissons… La fumée de la bataille, dispersée peu à peu, semblait maintenant courir par grands nuages dans le ciel noir, où la lune brillait, splendide. Du Breuil croisait deux batteries en marche.

— Le bivouac de la Garde, mon commandant ? dit une voix flûtée… Du Breuil regardait l’officier au visage. Il reconnut le capitaine de Serres, avec sa taille fine, sanglée dans le dolman. Derrière lui, le lieutenant Thomas souriait respectueusement.

— À cent mètres d’ici, répondit Du Breuil, marchez tout droit.

Soudain, comme un éclair, une idée le frappa : d’Avol ! c’étaient les batteries de d’Avol ! Le visage du capitaine se rembrunit.

— Tué ? demanda Du Breuil, la gorge serrée.

— Je ne crois pas, fit de Serres.

— Alors ?

— Blessé, disparu. Un obus lui a fracassé l’épaule, comme il allait prendre les ordres au 4e corps, après avoir installé des batteries. Son cheval seul est revenu.

Le capitaine saluait. Les canons s’éloignèrent. D’Avol, maintenant ! D’Avol après Lacoste !… Une lassitude infinie s’était emparée de lui. Sa douleur, lancinante à certaines pensées, se fondait en une souffrance imprécise à force d’être aiguë. Parfois, obscurément, il songeait : « Si tout n’était pas perdu cependant ! Si Frossard et Lebœuf avaient pu se maintenir ! » Et machinalement, il suivait le chemin qu’il avait parcouru quelques heures plus tôt. Soudain, à hauteur du Gros-Chêne, il aperçut des troupes nombreuses, massées contre la lisière du bois.

Un groupe d’officiers écoutaient la lecture d’un ordre faite à voix haute par l’un d’eux, — à la lueur d’une lanterne, qu’un lieutenant soulevait à bout de bras. Du Breuil mit pied à terre et s’approcha, tandis qu’en signe de joie le mecklembourgeois