Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 142.djvu/465

Cette page n’a pas encore été corrigée


Revues étrangères – Un ennemi de l’Europe


Kultur und Huamanität, vœlkerpsychologische und politische Untersuchungen, von Dr Méhémet Emin Efendi, 1 vol. ; Wiirzbourg, 1897.


« A la question de savoir si la civilisation est un bien, si elle apporte à l’humanité plus de profits que de dommages, si en un mot elle mérite la peine qu’on s’est donnée pour l’acquérir, à cette question l’homme civilisé se borne à répondre par un sourire dédaigneux. Et il n’y a rien qui fasse davantage du pieux musulman ou du Peau-Rouge de l’Amérique du Nord un objet de pitié pour l’Européen, que leur indifférence à l’égard de la civilisation moderne. Quoi de plus beau, quoi de plus précieux qu’une civilisation qui élève l’homme au-dessus du misérable état où l’a placé la nature ? Et quoi de plus affreux que la condition de l’homme non civilisé à qui tout fait défaut de ce qui donne quelque douceur à la vie ?

« Mais cet homme non civilisé, si on lui posait la même question, y répondrait sans doute d’une façon toute contraire. Demandez par exemple à un marabout ce qu’il pense de la civilisation européenne. Le Coran est pour lui la somme de toutes les connaissances, il y trouve la satisfaction de tous ses besoins spirituels. Que lui faut-il de plus, ignorant comme il est de ces inquiétudes, de ces agitations, de ces conflits de conscience qui ébranlent les âmes des civilisés ? Et à ses besoins physiques aussi il trouve aisément de quoi satisfaire. N’a-t-il pas ses dattes, son lait de chamelle, son pain de dourrah, son eau de source ? De même encore l’Indien du Far-West. Aussi longtemps qu’il