Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 142.djvu/197

Cette page n’a pas encore été corrigée


la fois les bénéfices d’une instruction régulière et méthodique et de conserver ou de retrouver, dans ses inspirations, la simplicité et la grâce des impressions juvéniles et des sentimens populaires. La chose n’est point impossible, cependant : M. Bartholomé l’a prouvé lui-même, avec éloquence, dans l’ensemble de son beau monument. D’autres y retourneront ou par volonté intelligente ou par entraînement naturel. Je verrais, par exemple, la volonté intelligente de retourner aux belles simplicités de la sculpture primitive, antique ou française, dans une bonne figure funéraire de M. Escoula, la Douleur, dans cette bonne vieille béquillarde à laquelle M. Fayel fait supporter le Fardeau de la Vie, dans une délicieuse tête bretonne, Marie, par M. Léonard, virtuose habile et délicat, dans le grand mur en briques de grès flambé par M. Emile Muller, des Boulangers devant leurs fours, dont M. Charpentier a fourni le modèle, enfin, dans la statue funéraire d’Alexandre Dumas fils, couché, dans sa robe de chambre, les bras croisés, les pieds nus. suivant sa volonté, par M. de Saint-Marceaux. Cette effigie, simplement et gravement exécutée, est d’un beau caractère, elle serait peut-être plus émouvante encore, si le sculpteur n’avait cru devoir dresser derrière la tête du mort, une énorme couronne de lauriers, qui la menace et la surcharge d’une saillie et d’une ombre inattendues. Parmi les sculpteurs que leur tempérament paraît incliner à la vraie simplicité, on a remarqué un débutant, M. Marcel Jacques. Sa Statue de J.-F. Millet, en gros sabots, en vareuse, tête nue, assis sur un rocher, parmi les herbes, malgré quelques gaucheries, est d’une bonne conception. Dans quelques têtes d’études, vieilles ou jeunes femmes, il se montre surtout un interprète très délicat et très ému de la réalité. La meilleure statue monumentale du Salon est le Maréchal Canrobert, par M. Lenoir, pour la ville de Saint-Céré.


II

Si la force et la nécessité des traditions avaient besoin de preuves nouvelles, les présidens de la Société nationale, MM. Puvis de Chavannes et Carolus Duran, et ceux qui, avec eux, triomphent au Champ-de-Mars, seraient tout prêts aussi à nous les fournir. M. Puvis de Chavannes, le plus classique, et parfois le plus académique, des peintres de sa génération, n’a développé et mûri son véritable talent qu’en se reportant fréquemment aux grandes