Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 141.djvu/487

Cette page n’a pas encore été corrigée


La Duchesse de Bourgogne à la cour – Le mariage


Nous avons laissé la petite princesse de Savoie, le soir de son arrivée à Fontainebleau, épuisée de fatigue à la suite d’une longue journée de voyage et de présentations, et s’endormant sous l’œil vigilant de la duchesse du Lude, qui avait fait dresser son lit dans la même alcôve [1]. Désormais nous allons la trouver mêlée à la vie quotidienne de la Cour. Elle est devenue un personnage officiel. Il ne se passera presque pas un seul jour que Dangeau ou Sourches ne nous disent ce qu’elle a fait. Mais en même temps, comme elle n’a pas encore onze ans (elle était née le 6 décembre 1685 et nous sommes au 4 novembre 1696), elle est encore en éducation. De cette enfant, familièrement élevée à la campagne par sa grand’mère et sa mère, il s’agit de faire une femme et une princesse. Nos lecteurs se souviennent peut-être de cette dépêche que, quelques mois avant son arrivée, Louis XIV écrivait à Tessé : « Le duc de Savoye doit se reposer du soin qui sera pris de son éducation lorsqu’elle sera arrivée à ma cour. Une main habile achèvera de former l’esprit que cette princesse fait déjà paroître. Elle recevra les lumières et les connoissances qui conviennent au rang qu’elle doit occuper, et les exemples de la vertu la plus parfaite confirmeront chaque jour

  1. Voyez la Revue du 15 août 1896.