Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 140.djvu/726

Cette page n’a pas encore été corrigée


720

REVUE DES DEUX MONDES.

tout trouvés dans les 6 Polonais chrétiens-sociaux du parti Stojalowski, dans les 3 Polonais du parti populaire Lewakowski, et dans un membre isolé du groupe politico-social. Ils en trouveront d’autres, s’ils sont habiles, au milieu d’une Chambre aussi bigarrée. Ils ont été battus à Vienne même, où le parti antisémite est tout-puissant ; mais ils y ont obtenu 90 000 voix, ce qui est beaucoup pour un coup d’essai. Le parti libéral allemand a énormément perdu ; on s’y attendait. Il avait trop mal manœuvré depuis quelque temps et subi déjà de nombreuses mésaventures. De 109 membres qui le composaient au dernier Reichsrath, il passe à 71. Si ces 71 membres étaient unis, ils présentteraient encore un front assez imposant ; malheureusement, ils sont divisés en progressistes et en constitutionnels. Les pertes qu’ils ont faites ont profité aux Allemands cléricaux, aux Allemands populistes, aux chrétiens sociaux, aux antisémites et même aux féodaux qui, réunis, forment une masse confuse, mais animée de passions communes, de 130 membres environ. C’est la fraction la plus considérable de la nouvelle Chambre. Le club polonais reste un élément très important de la majorité, avec 59 voix. Quant aux jeunes Tchèques, ils ont eu un plein succès en Bohême. Ils ont éliminé complètement les vieux Tchèques, y compris leur chef, M. Rieger ; ils reviennent 73 au lieu de 37, et si le gouvernement a besoin d’eux, ils ne refuseront pas de parti pris leur concours, mais certainement ils le vendront cher. Restent les Croates, les Slovènes, les Italiens, les Roumains, les Serbes, au nombre de plus de 50, qui pourront servir au gouvernement d’élémens de rechange dans sa majorité. En somme, bien que ces élections ne donnent pas à première vue une victoire aussi éclatante à M. le comte Badeni que les élections hongroises à M. le baron Banffy, c’est néanmoins une victoire. Il s’agit maintenant d’en profiter de part et d’autre. On connaît les problèmes à résoudre : le plus délicat est le renouvellement du compromis. C’est la tâche de demain.

Francis Charmes.

Le Directeur-gérant,

F. Brunetière.