Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 140.djvu/192

Cette page n’a pas encore été corrigée


qu’une cariatide, et l’ange de Botticelli semer à jamais ses fleurs. Que l’art, du moins, satisfasse, puisque, hélas ! la vie heurte atout instant et nous dénie

Cet instinct universel du repos,
Cette soif d’une tranquillité assurée,
En dedans et au dehors, humble et sublime,
La vie, dans laquelle l’espérance et le souvenir ne font qu’un…

Et que, dans les lignes de ces gestes insensibles ou de ces inactions pensives, on se garde bien de mettre une agitation qu’on a proscrite dans leur composition. Il ne faut point contorsionner les membres ou chiffonner les draperies de ces personnages au repos, comme le fait le Bernin ou Gustave Doré. « Le dessinateur grand et sobre ne se permet pas de violentes courbes ; il travaille beaucoup avec des lignes dans lesquelles la courbe, quoique existante, ne se peut percevoir qu’après un long examen… » Quand il prend le pinceau, il en va de même. Comme elle nous enseigne la paix des lignes, la Nature nous enseigne la paix des clartés et des ombres. Elle ne fait point de Salvator Rosa, de Rembrandt ni de Ribera. Elle s’interdit les grands partis pris d’ombres et de lumières, se défend les rayons de soupiraux, les jeux de lanterne sourde, les coups de pistolet dans les caves, abhorre les contrastes ou ne les tolère que très dissimulés « agissant comme une surprise et non comme un choc… » Il faut pareillement que, dans l’œuvre d’art, notre intérêt soit éveillé par la justesse des teintes, et non par leurs oppositions, par la force des membres et non par leurs efforts, par leurs formes et non par leurs déformations. Il faut que la scène qui se joue entre les cadres nous séduise non pour l’étrangeté des situations, mais pour le naturel des caractères. Qu’importe qu’il n’arrive rien à ces figures, si le galbe en est si pur et la vie si intense, qu’on se passionne pour ce galbe et pour cette vie mêmes ? Qu’importe que leurs pieds ne les portent nulle part, s’ils sont beaux à voir immobiles, que leurs mains ne travaillent point, si elles tiennent dans leurs doigts oisifs des destinées prisonnières ? C’est là le signe du plus grand Art. Faites les figures de votre tableau si belles, qu’on soit incliné à les aimer, et alors toute action, tout geste, tout incident deviennent inutiles. « Etre avec les gens qu’on aime, a dit La Bruyère, cela suffit ; rêver, leur parler, ne leur parler point, penser à eux, penser à des choses indifférentes, mais auprès d’eux, tout est égal… »